Les huit affaires qui plombent la campagne de François Fillon

Depuis le début de l'affaire dévoilée par "Le Canard enchaîné", les révélations se succèdent sur François Fillon, sa femme, ses enfants et ses proches. Franceinfo revient en détail sur chacune de ces affaires.

François Fillon, le 28 janvier 2017, dans les locaux de son QG de campagne, à Paris. 
François Fillon, le 28 janvier 2017, dans les locaux de son QG de campagne, à Paris.  (ERIC DESSONS / JDD / SIPA)
avatar
Simon GourmelletFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Comme le disait Jacques Chirac, "les emmerdes, ça vole toujours en escadrille". La formule de l'ancien président ne s'est jamais aussi bien vérifiée qu'avec François Fillon. Depuis les premières révélations du Canard enchaîné le 25 janvier, le candidat de droite à la présidentielle se retrouve englué dans des affaires qui semblent se multiplier au fil des jours, révélations après révélations. L'ancien Premier ministre a été mis en examen, mardi 14 mars, notamment pour détournement de fonds publics, complicité et recel d'abus de biens sociaux, dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs de son épouse et ses enfants comme assistants parlementaires.

Franceinfo revient sur les huit boulets qui plombent sa campagne.

1L'embauche de son épouse comme assistante parlementaire

Ce qu'on lui reproche. François Fillon et sa femme Penelope sont dans la tourmente. Ce sont les premières révélations du Canard enchaîné qui ont entraîné, le 24 février, l'ouverture d'une information judiciaire, et la mise en examen, le 14 mars du candidat de la droite. Trois juges d'instruction sont chargés du dossier. 

A en croire l'hebdomadaire, Penelope Fillon a perçu un total de 831 440 euros brut en tant qu'assistante parlementaire. Au service de son mari, sur plusieurs périodes – de 1988 à 1990, puis de 1998 à 2000, ainsi qu'après le départ de François Fillon de Matignon en 2012 jusqu'en novembre 2013. Mais aussi pour le suppléant de son époux, Marc Joulaud, entre 2002 et 2007. L'objectif des enquêteurs est de déterminer si Penelope Fillon a bien exercé la fonction pour laquelle elle était grassement payée. Et ce d'autant plus que l'épouse de François Fillon a plusieurs fois répété qu'elle n'exerçait aucune fonction politique. "Je n'ai jamais été assistante ou quoi que ce soit de ce genre", confiait-elle en 2007 à une journaliste britannique. 

Comment le camp Fillon se défend. Lors de son intervention sur TF1, le 26 janvier, le candidat à la présidentielle a expliqué que sa femme travaille pour lui "depuis toujours, depuis 1981, [sa] première élection". "Elle l'a fait bénévolement pendant des années", précise-t-il. Mais, en 1997, après le départ d'un de ses collaborateurs, il "l'[a] remplacé par Penelope", qui est restée à ce poste jusqu'en 2013. Entendue par les enquêteurs, Penelope Fillon a elle-même expliqué qu'elle "préparait des fiches" pour son mari, sans jamais avoir officialisé son activité. Concernant son travail auprès de Marc Joulaud, elle indique qu'elle a aidé le successeur de son mari à "asseoir son autorité" dans la circonscription.

Penelope et François Fillon, le 19 mai 2007 lors d\'un vin d\'honneur à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe).
Penelope et François Fillon, le 19 mai 2007 lors d'un vin d'honneur à Sablé-sur-Sarthe (Sarthe). (WITT/SIPA)

2L'embauche de sa femme par la "Revue des deux mondes"

Ce qu'on lui reproche. Deux textes de 2 500 et 1 000 signes chacun (retrouvés par Marianne), ainsi que des conseils stratégiques, le tout pour 100 000 euros brut. Voilà qui a de quoi surprendre. C'est ce qu'a versé la Revue des deux mondes, l'une des plus vieilles revues littéraires françaises, à Penelope Fillon entre mai 2012 et décembre 2013, selon Le Canard enchaîné. "A aucun moment (…) je n'ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire", assure dans Le Monde Michel Crépu, directeur de la Revue des deux mondes lorsque Penelope Fillon y était officiellement salariée. Là aussi, les enquêteurs s'interrogent sur la réalité de son travail.

Comment le camp Fillon se défend. Marc Ladreit de Lacharrière, le propriétaire de la Revue des deux mondes, nie avoir embauché la femme de son ami dans le seul but de tromper son "ennui", comme le prétend Michel Crépu. "C'est une femme intelligente, elle a lu beaucoup de livres – dont deux résumés seulement ont été publiés", se défend le richissime homme d'affaires. Pendant son audition, dont Le JDD a révélé les PV, elle assure avoir reçu "deux ou trois livres tous les deux mois, soit une quinzaine en tout". Elles pense donc "avoir rédigé une quinzaine de notes de lecture".

3L'embauche d'une de ses collaboratrices par la "Revue des deux mondes"

Ce qu'on lui reproche. Marc Ladreit de Lacharrière n'a pas embauché que Penelope Fillon à la Revue des deux mondes, révèle Mediapart, mardi 31 janvier. A partir de mars 2015, il a également salarié Alexia Demirdjian, une responsable de la campagne numérique de François Fillon, au sein de la Fondation Culture et Diversité, une branche de son groupe Fimalac. Problème : "Cette employée n'a pas laissé de trace publique de son passage dans cette structure" pendant un peu plus d'un an, tandis que son implication dans l'équipe de François Fillon "est, elle, manifeste", assure Mediapart.

Comment le camp Fillon se défend. "Cet article témoigne d'une forme d'acharnement", avait répliqué Patrick Stefanini, l'ancien directeur de campagne du candidat, lors d'un point presse, le 31 janvier. Selon lui, Alexia Demirdjian a réellement travaillé, sur deux mi-temps, à la fois pour la fondation de l'homme d'affaires et Force républicaine, l'association qui porte l'action politique de François Fillon. "Les choses sont extrêmement claires. Elle a notamment préparé le dixième anniversaire de la fondation et travaillé sur une plateforme concernant l'égalité des chances." La jeune femme s'est défendue elle aussi, au micro de BFMTV : "Personne ne peut nier que tous les jours où je devais être là, j'étais là. (…) Ça fait dix ans que je travaille, dix ans que mon parcours est transparent."

Marc Ladreit de Lacharriere et Francois Fillon sur le perron de Matignon, le 17 septembre 2010. 
Marc Ladreit de Lacharriere et Francois Fillon sur le perron de Matignon, le 17 septembre 2010.  (WITT/SIPA)

4L'embauche de ses enfants

Ce qu'on lui reproche. C'est en voulant répondre aux accusations sur l'emploi présumé fictif de sa femme que François Fillon se prend les pieds dans le tapis. Pour donner des gages de sa transparence, il révèle, jeudi 26 janvier sur TF1, avoir rémunéré ses deux premiers enfants lors de son mandat de sénateur, entre septembre 2005 et juin 2007. "Il m'est arrivé de rémunérer, pour des missions précises, deux de mes enfants qui étaient avocats, en raison de leurs compétences", assure-t-il. Or Marie et Charles Fillon ne sont devenus avocats qu'après la nomination de leur père à Matignon, respectivement en novembre 2007 et juin 2011. Selon Le Canard enchaîné, ils ont perçu 84 000 euros brut, pas pour des "missions précises", mais pour "un emploi à plein temps d'attaché parlementaire".

Comment le camp Fillon se défend. Marie Fillon s'est défendue en expliquant avoir rédigé plusieurs notes de synthèses sur la décentralisation et les systèmes politiques européens. "Une partie de ces travaux se retrouve dans le livre qu'il a écrit, La France peut supporter la vérité", a-t-elle déclaré devant les enquêteurs, indiquant qu'elle avait travaillé pendant les week-ends et son temps libre pour concilier son emploi et ses études. Charles Fillon, lui, indique avoir travaillé sur des "questions institutionnelles" pour aider son père.

5Ses mystérieuses activités de consultant

Ce qu'on lui reproche. Selon Le Monde, François Fillon aurait touché de sa société 2F Conseil un total de 757 526 euros entre juin 2012 et décembre 2015, en salaires et en bénéfices. A ce jour, aucune procédure judiciaire n’est engagée sur cette activité, mais qui a-t-il bien pu conseiller ? D'après le quotidien et Mediapart, le candidat a notamment pour client le groupe Ricol Lasteyrie, qui conseille de nombreuses sociétés du CAC 40 et des multinationales. Il y touche une rémunération annuelle comprise entre "40 000 et 60 000 euros", selon son dirigeant, René Ricol, et aide "à réfléchir aux défis de la globalisation".

Plusieurs de ses voyages à l'étranger soulèvent des informations, explique Le Monde. En octobre 2013, François Fillon s'est ainsi rendu au Kazakhstan, en plein dans l'affaire dite du "Kazakhgate". En décembre 2014, c'est au Liban qu'il a déjeuné et dîné en compagnie de responsables politiques et religieux, mais aucune précision n'a été donnée sur les conditions de ce voyage. Seule information, 2F Conseil a encaissé, entre 2012 et 2013, 97 000 euros pour des prestations effectuées à l'étranger, selon les comptes de la société consultés par Le Monde.

Comment le camp Fillon se défend. François Fillon refuse jusqu'à présent de s'exprimer sur ce sujet. Dans ce dossier, il a respecté les règles : créer une société lorsque l'on est député est interdit par la loi, mais il l'a fait en dehors de tout mandat à l'Assemblée. Concernant ses clients, son coordinateur de campagne est monté au créneau. "Il m'a dit : 'écoute, il n'y a pas une société russe, il n'y a pas un groupe russe, il n'y a pas l'Etat russe', les choses sont claires, tente de clarifier Bruno Retailleau sur BFMTV.  Même démenti du côté de sa conseillère en communication, Anne Méaux : "François Fillon ne travaille pour aucun Etat ni aucune société étrangère (...) S’il intervient dans de grandes conférences internationales, c’est au titre d’expert, comme le sont d’autres grands noms tels Védrine, Attali, Kissinger…" reprend Le Monde.

François Fillon lors de son meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 29 janvier 2017.
François Fillon lors de son meeting de Villepinte (Seine-Saint-Denis), le 29 janvier 2017. (CHRISTOPHE ENA/AP/SIPA / AP)

6Des chèques touchés au Sénat

Ce qu'on lui reproche. Selon Mediapart, le candidat à la présidentielle s'est "mis dans la poche une partie des crédits théoriquement réservés à la rémunération d’assistants, grâce à un système de commissions occultes". Ce qui est reproché à François Fillon, mais aussi à plusieurs élus ou anciens élus UMP comme Henri de Raincourt ou René Garrec, c'est d'avoir usé d'un système baptisé la "ristourne". Concrètement, ce qui reste de l'enveloppe pour salarier des assistants personnels n'est pas systématiquement reversé au Sénat mais transféré au groupe politique chargé d’organiser le travail collectif entre élus d'un même bord. Mais, entre 2003 et 2014, des sénateurs UMP ont récupéré un tiers de ce crédit, affirme Mediapart.

Une enquête est en cours. François Fillon, lui, n'est pas visé par celle-ci car il était sénateur de 2005 à 2007, et les faits étudiés par les enquêteurs sont postérieurs à 2009. "Mais d’après des témoignages et documents comptables de l’époque, le sénateur Fillon a bien bénéficié de ce mécanisme clandestin de captation de fonds publics au cours de son mandat", écrit le site d'investigation. Le Journal du dimanche affirme qu'entre 2005 et 2007, lorsqu'il était sénateur de la Sarthe, "François Fillon a perçu sept chèques à son nom", pour "un montant total de l'ordre de 21 000 euros".

Comment le camp Fillon se défend. L'entourage de François Fillon a dit ne faire "aucun commentaire sur une affaire judiciaire en cours". De son côté, le député Les Républicains Eric Ciotti a déclaré sur franceinfo que cette affaire des caisses occultes "ne concerne ni directement ni personnellement François Fillon" : cela concerne "tous les sénateurs qui étaient en fonction à l'époque, et cette affaire remonte à une douzaine d'années".

7Des costumes payés par un "ami généreux"

Ce qu'on lui reproche. Le JDD affirme, dans son édition du 12 mars, qu'un mécène a signé le 20 février, un chèque de 13 000 euros pour deux costumes achetés chez Arnys, un tailleur parisien. "J'ai payé à la demande de François Fillon. Et sans d'ailleurs en avoir le moindre remerciement depuis", explique le mystérieux mécène au journal, qui a décidé de ne pas publier son nom. Selon Le JDD, d'autres costumes ont été commandés pour François Fillon chez ce tailleur, depuis 2012, pour un montant total de 48 500 euros. 

Le déontologue de l'Assemblée nationale s'est saisi du dossier, pour rechercher s'il y a eu un manquement au code de déontologie des députés qui doivent déclarer "tout don ou avantage d'une valeur supérieure à 150 euros dont ils ont bénéficié", "en lien avec leur mandat".

Comment le camp Fillon se défend. Le jour même, François Fillon réagit dans Les Echos"Un ami m'a offert des costumes en février. Et alors ?" Le lendemain, sur Europe 1, il a poursuivi sur la même ligne, estimant avoir "parfaitement le droit de se faire offrir un costume par un ami, ce n'est pas interdit". Pour lui, les cadeaux évoqués par la presse n'ont "rien à voir" avec la politique. 

8De l'argent reversé par ses enfants

Ce qu'on lui reproche. Nouvelle affaire, révélée le 14 mars par Le Parisien : l'argent que Charles et Marie Fillon ont reversé à leurs parents quand ils travaillaient pour le compte de leur père. Sur les 46 000 euros net touchés par Marie Fillon comme attachée parlementaire de son père au Sénat d'octobre 2005 à décembre 2006, quelque 33 000 euros auraient ainsi été reversés à ses parents. Soit plus de 70% de ses émoluments. De son côté, Charles Fillon aurait, lui, rétrocédé 30% de son salaire net à ses parents.

Comment le camp Fillon se défend. Selon le quotidien, Marie Fillon, qui a spontanément abordé le sujet devant les enquêteurs a indiqué qu'elle entendait rembourser les frais engagés par ses parents pour son mariage. L'avocat de François Fillon, Antonin Lévy, explique que Charles, lui, souhaitait ainsi rembourser les loyers et l'argent de poche que ses parents lui avaient accordé lors de ses études.