François Hollande et le "cabinet noir" : "On n'a jamais écrit ça", dit un des auteurs du livre cité par François Fillon

Dans "L'Emission politique", le candidat de la droite à l'élection présidentielle, François Fillon, a accusé le président de la République d'orchestrer des fuites contre lui et demandé l'ouverture d'une enquête, en se basant sur un livre co-écrit par Didier Hassoux, journaliste au "Canard enchaîné".

François Fillon sur le plateau de France 2, à Paris, le 23 mars 2017.
François Fillon sur le plateau de France 2, à Paris, le 23 mars 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

François Fillon a mis en cause le président de la République, François Hollande, en dénonçant un "scandale d'État", jeudi 23 mars, dans L'Emission politique sur France 2Il cite notamment un livre co-écrit par Didier Hassoux, journaliste au Canard enchaîné"C'est un livre qui (...) explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale (…) On cherchait un cabinet noir. On l'a trouvé le cabinet noir."

Didier Hassoux dément, lui, toute implication de François Hollande dans un "cabinet noir". "On n'a jamais écrit ça, a-t-il expliqué sur franceinfo. La seule personne qui croit qu'il y a un cabinet noir à l'Élysée c'est François Fillon. Il y croit tellement que le 24 juin 2014 (...) il est allé voir Jean-Pierre Jouyet, qui est le numéro 2 de l'Elysée, pour lui demander d'activer ce cabinet noir. Ce cabinet noir n'existe pas."  

Le livre "instrumentalisé"

"Mon livre est instrumentalisé" par François Fillon, a-t-il poursuivi. "Nicolas Sarkozy avait mis en place une police politique, continue Didier Hassoux. Alors que François Hollande, a simplement instrumentalisé la police à des fins politiques mais comme tous les présidents de la Ve République."  "On sent quelqu'un qui est aux abois", qui "essaie de faire un coup".

"On n'a jamais écrit ça", Didier Hassoux

00:00-00:00

audio
vidéo

Dans un communiqué, le président de la République dit "condamner avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de François Fillon ce soir sur France 2".