Affaire Penelope Fillon : Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de "La Revue des deux mondes", est entendu par les policiers

L'épouse de François Fillon aurait été rémunérée à hauteur de 5 000 euros par mois par la revue pendant un an et demi. Pourtant, selon Michel Crépu, l'ancien directeur, elle n'y aurait publié que "deux ou trois" comptes-rendus de lecture.

L\'homme d\'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de \"La Revue des deux mondes\", à l\'Elysée, le 10 juin 2016.
L'homme d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, propriétaire de "La Revue des deux mondes", à l'Elysée, le 10 juin 2016. (ETIENNE LAURENT / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Propriétaire de La Revue des deux mondes et ami de François Fillon, Marc Ladreit de Lacharrière s'est rendu à l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales à Nanterre (Hauts-de-Seine), lundi 30 janvier, pour être entendu dans le cadre de l'enquête sur les activités de Penelope Fillon.

Le PDG de Fimalac et propriétaire de la revue littéraire, âgé de 76 ans, ami de longue date du candidat de la droite à la présidentielle, est entendu depuis lundi matin par les enquêteurs. L'enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier porte sur l'emploi de Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son mari et de son suppléant à l'Assemblée nationale, mais aussi sur son travail à La Revue des deux mondes, rémunéré 5 000 euros bruts mensuels entre mai 2012 et décembre 2013. Les enquêteurs s'interrogent sur la réalité de ces emplois.

Une perquisition au siège de la revue jeudi

L'épouse de François Fillon "a bien signé deux ou peut-être trois notes de lecture", mais "à aucun moment (...) je n'ai eu la moindre trace de ce qui pourrait ressembler à un travail de conseiller littéraire", a déclaré Michel Crépu, qui dirigeait à l'époque La Revue des deux mondes, dans les colonnes du Canard enchaîné, qui a révélé l'affaire la semaine dernière. Michel Crépu été entendu vendredi par les enquêteurs de la police judiciaire, en tant que témoin, et une perquisition a eu lieu jeudi au siège de la revue.