Cumul des mandats : "Le sujet est clos" à droite, selon le porte-parole de François Fillon

Le porte-parole de François Fillon, Thierry Solère, a tenté, mardi sur franceinfo, de mettre fin au débat sur le non-cumul des mandats à la suite de la demande de dizaines de députés Les Républicains, à François Fillon, de revenir sur cette loi.

Thierry Solère, alors président de la commission de la primaire de la droite, désormais porte-parole de François Fillon, le 20 novembre 2016.
Thierry Solère, alors président de la commission de la primaire de la droite, désormais porte-parole de François Fillon, le 20 novembre 2016. (MIGUEL MEDINA / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Plusieurs dizaines de députés Les Républicains demandent à François Fillon de revenir sur la loi contre le cumul des mandats. Le candidat de la droite et du centre a pourtant déjà fait savoir qu'il ne toucherait pas à ce texte. Malgré la fronde d'une partie des parlementaires, "le sujet est clos. Le cumul des mandats, c'est fini", a martelé, mardi 10 janvier sur franceinfo, le député LR Thierry Solère, porte-parole de François Fillon.

franceinfo : Certains députés réclament que François Fillon revienne sur la loi sur le cumul des mandats. Est-ce-à dire que vous avez vos frondeurs, vous aussi ? 

Thierry Solère : Non, un frondeur, c'est quelqu'un qui est dans la majorité et qui vote contre la majorité. Pour l'instant, nous sommes dans l'opposition et nous sommes à quatre mois de la présidentielle. À titre personnel, j'ai voté en faveur de la loi contre le cumul des mandats. Au-delà de mon cas personnel, que dit François Fillon ? Que la loi a été votée et qu'elle s'applique. Le cumul des mandats pour les parlementaires en France, c'est fini !

Vous réfutez l'expression de "frondeurs", mais l'autorité du candidat François Fillon n'est-elle pas mise à mal en ce moment ?

Ce serait le cas si le candidat revenait sur cette loi. Or, François Fillon, s'il est président de la République, ne proposera pas la réintroduction du cumul des mandats en France. Le sujet est clos. On aura donc, dans la prochaine Assemblée nationale des parlementaires qui ne seront ni maires, ni présidents de région, ni vice-présidents dans des conseils départementaux. Beaucoup de mes collègues, qui sont là depuis longtemps, qui cumulent leurs fonctions et qui font très bien leur travail, considèrent qu'ils sont stigmatisés.

Faut-il également imposer une limitation du nombre de mandats dans le temps aux parlementaires ?

Il y a ce débat. Bruno Le Maire y était favorable pendant la campagne de la primaire. Dans les Hauts-de-Seine, nous sommes six ou sept députés Les Républicains. Je crois que je suis le seul à me représenter. J'ai 45 ans. Pourquoi les autres ne se représentent pas ? Certains souhaitent garder leurs mandats locaux depuis la loi sur le non-cumul. L'autre raison est qu'ils ont tous près de 70 ans. Il y a l'envie de la société française de s'aérer, de mettre plus de jeunes et plus de femmes à l'Assemblée.