Présidentielle : comment Sarkozy s'active dans les coulisses de l'affaire Fillon

L'ancien président de la République téléphone, rencontre, prend des initiatives pour permettre à sa famille politique de trouver une sortie de crise.

Nicolas Sarkozy, en présence d\'Eric Ciotti et Christian Estrosi, lors d\'un meeting à Nice pendant la campagne de la primaire de la droite, le 15 novembre 2017.
Nicolas Sarkozy, en présence d'Eric Ciotti et Christian Estrosi, lors d'un meeting à Nice pendant la campagne de la primaire de la droite, le 15 novembre 2017. (ELODIE GREGOIRE / REA)
avatar
Clément ParrotFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Il est devenu l'homme de l'ombre, celui qui tire les ficelles et tente de résoudre les conflits en se plaçant au-dessus de la mêlée. Nicolas Sarkozy a proposé, lundi 6 mars au matin, d'organiser une réunion avec François Fillon et Alain Juppé pour "trouver une voie de sortie digne et crédible".

Depuis plusieurs semaines, "Don Sarkozy", comme le surnomme Le Monde dans un édito en référence au film Le Parrain, s'implique de plus en plus. Celui qui est arrivé troisième lors de la primaire de la droite multiplie les coups de téléphone et les rencontres avec les ténors de la droite. Franceinfo vous explique comment Nicolas Sarkozy continue de tirer les ficelles, en coulisses.

Il distille ses conseils

Les révélations du Canard enchaîné, au sujet des emplois présumés fictifs de la femme et de deux enfants de François Fillon, ont plongé la campagne de l'ancien Premier ministre dans la crise. Pour se relancer, le candidat de la droite a alors décidé, à la mi-février, d'enterrer la hache de guerre avec Nicolas Sarkozy. Il a sollicité l'ancien président de la République pour un déjeuner afin d'obtenir des conseils pour se sortir du bourbier.

Dans ses bureaux de la rue de Miromesnil à Paris, mercredi 15 février, Nicolas Sarkozy a pu jouer au grand frère en conseillant, notamment, à son ancien Premier ministre de "s'emparer de sujets d'actualité""d'exploiter les faiblesses de ses adversaires", de "moins s'isoler" ou d'être "plus à l'écoute de ses entourages", raconte Le Parisien

Il lui suggère aussi de "sortir une idée par jour'" pour reprendre la main sur le temps médiatique, ajoute Sud radio. Résultat, le soir même, François Fillon, en meeting à Compiègne (Oise), dégaine une proposition choc : l'abaissement de la majorité pénale à 16 ans - une proposition issue du programme de Nicolas Sarkozy pour la primaire.

Je lui ai dit de saturer l'espace médiatique : une proposition choc chaque jour. (…) Plus tu en feras, plus tu couvriras le bruit médiatique négatif.

Nicolas Sarkozy

selon le Canard enchaîné

Il encourage le candidat

A plusieurs reprises, Nicolas Sarkozy soutien François Fillon. "Si tu es déterminé, il faut que tu ailles jusqu'au bout," assure-t-il face au vainqueur de la primaire de la droite lors de ce déjeuner de la mi-février, selon Le Parisien. Depuis, les deux hommes se parlent régulièrement au téléphone, comme l'a reconnu François Fillon, dimanche soir, sur le plateau de France 2.

Avant son offensive de mercredi dernier, consistant à annoncer sa future mise en examen en conférence de presse, François Fillon a effectivement téléphoné à l'ancien chef de l'Etat pour le mettre au courant de la situation. "Tiens bon, on est derrière toi", aurait alors déclaré Nicolas Sarkozy, selon les confidences recueillies par France 2. Depuis le début de l'affaire, l'ancien maire de Neuilly demeure un partisan du maintien de la candidature de François Fillon.

Il cherche une sortie de crise

L'annonce d'une mise en examen prochaine de François Fillon provoque une crise au sein de la droite parlementaire. De nombreux élus décident de lâcher le candidat. Nicolas Sarkozy ne reste pas les bras croisés et s'active pour trouver une sortie de crise. Il rencontre alors, vendredi en fin de matinée, Gérard Larcher, président LR du Sénat, et Bernard Accoyer, secrétaire général du parti, afin de réfléchir à la manière de s'organiser.

Le lendemain, il s'entretient avec Alain Juppé au téléphone pour étudier de possibles sorties de crise. "La seule chose qui préoccupe Nicolas Sarkozy, c'est le sort de la France et l'unité de sa famille politique", assure à l'AFP l'entourage de l'ancien président de la République. Il décide toutefois de hausser le ton face à François Fillon, sans lui demander pour autant de se retirer. Selon  RTL, il lui indique que la situation est "difficilement tenable", lui réclamant de "la lucidité".

Ça ne peut plus continuer comme ça.

Nicolas Sarkozy à François Fillon

Le Figaro

Lundi matin, avant l'annonce de la décision d'Alain Juppé, il propose par communiqué une réunion avec François Fillon et Alain Juppé pour "trouver une voie de sortie digne et crédible". Ce rendez-vous pourrait avoir lieu mercredi, selon les informations du Monde. Si certains de ses soutiens l'espèrent encore, l'ancien président aurait, lui aussi, exclu de jouer au candidat de secours, selon ses proches. Ces derniers se sont réunis, lundi, pour réfléchir à une solution et mettent désormais la pression sur François Fillon : ils ont mandaté Christian Jacob, le patron des députés LR, pour aller voir le candidat et lui demander d'accepter la rencontre avec Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.