Présidentielle : Alain Juppé va s'afficher au côté de François Fillon à Paris

Les deux finalistes de la primaire de la droite vont se retrouver publiquement pour la première fois depuis les révélations de soupçons d'emplois fictifs.

François Fillon et Alain Juppé le 25 janvier 2017 à Bordeaux (Gironde).
François Fillon et Alain Juppé le 25 janvier 2017 à Bordeaux (Gironde). (GEORGES GOBET / AFP)
avatar
Robin PrudentFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alain Juppé et François Fillon côte à côte à cinq jours du premier tour de l'élection présidentielle. L'image était attendue, elle aura lieu à Paris, mercredi 19 avril lors d'un déplacement des deux finalistes de la primaire de la droite à l'école de codage informatique 42, selon une information du Parisien, confirmée à franceinfo par l'entourage de François Fillon.

C'est la première fois que le maire de Bordeaux s'affiche publiquement avec le candidat de la droite depuis le 25 janvier, soit le jour où le Canard enchaîné révélait les soupçons d'emplois fictifs concernant la famille de François Fillon. Depuis, Alain Juppé s'était fait discret et avait simplement indiqué qu'il parrainerait le candidat de la droite.

Pas de photo de famille avec Sarkozy et Juppé

Pour François Fillon, il s'agit désormais de rassembler sa famille après toutes les défections qui ont eu lieu pendant les dernières semaines de sa campagne. Une stratégie qui ne fait pas l'unanimité chez les militants fillonistes. Ils l'ont rappelé en sifflant copieusement Christian Estrosi lors du meeting de Nice, lundi 17 avril. De quoi convaincre Alain Juppé de ne pas faire son apparition auprès de François Fillon pendant une réunion publique.

Pour compléter ce rassemblement autour de François Fillon, son équipe tente aussi de convaincre Nicolas Sarkozy de s'afficher avec leur candidat, avant le premier tour. "Il y aura quelque chose" avec l'ancien chef de l'Etat, confie une proche du candidat, sans donner plus de détails. Cependant, il ne devrait pas y avoir de photo de famille avec Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, "sauf miracle"...