Maintien de la candidature de François Fillon : Bruno Le Maire et ses proches claquent la porte

Le député de l'Eure a démissionné de ses fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales auprès de François Fillon. Plusieurs de ses proches ont approuvé sa décision sur Twitter. 

Bruno Le Maire assiste au conseil national des Républicains, le 14 janvier 2017, à Paris.
Bruno Le Maire assiste au conseil national des Républicains, le 14 janvier 2017, à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Lui et plusieurs de ses proches ne suivront pas François Fillon. Dans un communiqué publié mercredi 1er mars, Bruno Le Maire a annoncé qu'il démissionnait de ses fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales auprès du candidat de la droite.

Sa décision est intervenue une heure et demie après la déclaration de François Fillon à son QG de campagne. Malgré une convocation par les juges en vue d'une mise en examen le 15 mars, le candidat n'entend pas renoncer et maintient sa candidature. 

"Je crois au respect de la parole donnée"

"Le 26 janvier dernier, François Fillon déclarait devant les Français que dans ce cas de figure, il retirerait sa candidature à la présidence de la République française, rappelle Bruno Le Maire dans son communiqué. Je crois au respect de la parole donnée. Elle est indispensable à la crédibilité de la politique." 

Le couperet tombe plus bas : "En accord avec mes principes, je démissionne donc de mes fonctions de représentant pour les affaires européennes et internationales de la campagne de François Fillon."

Ses proches approuvent

Sur Twitter, bon nombre d'élus proches de Bruno Le Maire ont repris son communiqué en annonçant leur soutien. Seul Thierry Solère, autre très proche de Bruno Le Maire mais aussi porte-parole de François Fillon, est resté silencieux. 

"Je partage et je soutiens la décision de Bruno Le Maire", a ainsi écrit Franck Riester, député-maire LR de Coulommiers. 

"Je comprends et je soutiens la décision de Bruno Le Maire", a tweeté de son côté Laure de La Raudière, députée d'Eure-et-Loir. 

Le député-maire de Reims, Arnaud Robinet, qui avait soutenu Bruno Le Maire pendant la primaire de la droite, a, lui, annoncé son retrait de la campagne. 

"J'approuve totalement la position courageuse et digne de Bruno Le Maire", a enfin déclaré Yves Jego, le premier vice-président de l'UDI.