Hollande et le "cabinet noir" : la polémique lancée par Fillon en quatre actes

Dans "L'Emission politique", jeudi soir sur France 2, le candidat de la droite s'est basé sur un livre pour affirmer que le président de la République orchestrait des fuites contre lui. Une accusation démentie par l'Elysée, mais aussi par l'un des auteurs du livre.

François Fillon sur le plateau de \"l\'Emission politique\" de France 2, le 23 mars 2017.
François Fillon sur le plateau de "l'Emission politique" de France 2, le 23 mars 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"On cherchait un cabinet noir, on l'a trouvé !" François Fillon a porté de graves accusations contre François Hollande, jeudi 23 mars, lors de "L'Emission politique" sur France 2. Le candidat de la droite a affirmé que François Hollande orchestrait des fuites contre lui, et a demandé l'ouverture d'une enquête, sur la base d'un livre de trois journalistes à paraître. Mais l'un des auteurs du livre a démenti ces affirmations, après que l'Elysée a fait de même. Retour sur cette polémique en trois actes.

Acte 1 : Fillon évoque un "cabinet noir" à l'Elysée

François Fillon avait déjà dit, à plusieurs reprises, que les affaires qui le concernent depuis plusieurs semaines étaient le résultat d'une machination, orchestrée par la gauche. Mais jeudi soir, il est allé encore plus loin. "Je vais mettre en cause le président de la République", annonce-t-il, le ton solennel, sur le plateau de "L'Emission politique". François Fillon dénonce "un scandale d'Etat", et évoque des accusations contre François Hollande qui seraient portées dans un livre, "Bienvenue Place Beauvau, Police : les secrets inavouables d'un quinquennat", écrit par trois journalistes, dont deux du Canard enchaîné.

"C'est un livre (...) qui explique que François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est d'une illégalité totale", assure François Fillon. "On cherchait un cabinet noir, on l'a trouvé, en tout cas, à travers ces allégations", conclut-t-il, avant de demander "qu'il y ait une enquête d'ouverte sur les allégations qui sont portées dans ce livre".

Voir la vidéo

Acte 2 : Hollande "condamne" les accusations "mensongères" de Fillon

L'Elysée n'a pas attendu la fin de l'émission de France 2 pour riposter. Dans un communiqué, François Hollande "condamne avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de François Fillon". La présidence assure que l'exécutif "n'est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire" et que "le président de la République n'a été informé que par la presse" des affaires touchant le candidat de la droite. Le communiqué se conclut en accusant François Fillon de causer "un trouble insupportable à la campagne présidentielle".

Acte 3 : "On n'a jamais écrit ça", assure l'un des auteurs du livre

Surtout, l'un des auteurs du livre cité par François Fillon pour accuser François Hollande d'animer un "cabinet noir", Didier Hassoux, par ailleurs journaliste au Canard enchaîné, a lui-même démenti sur franceinfo les propos du candidat de la droite.

"On n'a jamais écrit ça. La seule personne qui croit qu'il y a un cabinet noir à l'Elysée, c'est François Fillon. (...) Ce cabinet noir n'existe pas", assure le journaliste. "Nicolas Sarkozy avait mis en place une police politique. François Hollande, lui, a simplement instrumentalisé la police à des fins politiques, mais comme tous les présidents de la Ve République." "Il essaie de faire un coup", estime Didier Hassoux, qui imagine que François Fillon "n'a même pas lu le bouquin, puisqu'il n'est pas sorti".

Acte 4 : embarrassé, Fillon apprend en direct le démenti du journaliste 

A la fin de "L'Emission politique", le visage de François Fillon a quelque peu blêmi, lorsque le journaliste Karim Rissouli a appris en direct au candidat de la droite que l'un des auteurs du livre sur lequel il s'appuyait pour dénoncer un "cabinet noir", démentait ses propos. "Ah bon ? Il dément quoi ?", a alors réagi, dans un sourire gêné, l'ancien Premier ministre. 

"Vous allez lire le livre, j'ai lu le PDF comme on dit... On verra !", a-t-il finalement balayé, peinant à dissimuler son embarras.

Voir la vidéo