"Je suis autiste" : quand des internautes atteints de troubles autistiques répondent à François Fillon

Peu après l'intervention de François Fillon dans le journal de 20 heures sur France 2, le mot-dièse #JeSuisAustiste est apparu sur les réseaux sociaux.

François Fillon, le 5 mars 2017 sur le plateau de France 2.
François Fillon, le 5 mars 2017 sur le plateau de France 2. (FRANCE 2)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

"Je ne suis pas autiste, je vois bien les difficultés." Invité sur le plateau du 20 heures de France 2, dimanche 5 mars, François Fillon a établi une comparaison qui a choqué de nombreux Français. Se défendant d'ignorer les critiques des membres de son parti qui le somment de renoncer à se présenter à la présidentielle, le candidat des Républicains a suscité les réactions indignées de personnes atteinte d'autisme et de leurs proches, insultées par l'emploi péjoratif du terme. Sur les réseaux sociaux, elles ont répondu avec le mot-dièse #JeSuisAutiste. 

L'association SOS Autisme France a quant à elle demandé "des excuses" et saisi le Conseil supérieur de l'audiovisuel, indique Le Parisien lundi. 

"Etre autiste ne veut pas dire être déconnecté"

Dans leurs messages, les personnes autistes et leurs proches reprochent à François Fillon plus qu'une simple maladresse et en profitent pour attaquer le candidat à la présidentielle, accusé d'avoir fourni un emploi fictif à son épouse. Pour eux, les troubles autistiques ne sauraient avoir une connotation péjorative à côté de la présumée malhônneteté de l'homme politique. 

D'autres internautes n'ont pas manqué de relever que Penelope Fillon, l'épouse du candidat, au cœur des soupçons présumés d'emplois fictifs dont fait l'objet François Fillon, était elle-même marraine de l’association Asperger Aide France. L'Association SOS Autisme a quant à elle rappelé une campagne de sensibilisation "pour ne plus banaliser le mot austiste". Car l'emploi de ce terme, ici assimilé à une insulte, perpétue des clichés qui, à leur tour, entraînent la discrimination des personnes atteintes de troubles autistiques, expliquent des internautes.

Ainsi, la sortie de François Fillon a provoqué la réaction sur Twitter de la secrétaire d'Etat chargée des Personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion, Ségolène Neuville. Elle voit dans cette déclaration la marque d'"un profond mépris" et une "faute lourde".