INFOGRAPHIES. Présidentielle : François Fillon a explosé son temps d'antenne en février

Entre le 1er et le 26 février, plus de 265 heures d'antenne ont été consacrées au candidat des Républicains sur les chaînes généralistes, les chaînes d'information et les radios. Le CSA se dit "préoccupé" par ce temps de parole "anormalement élevé" à moins de deux mois de la présidentielle.

avatar
Nicolas EnaultIlan CaroFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

François Fillon, dont les ennuis judiciaires font l'objet d'une large exposition médiatique, bénéficie d'un temps de parole "anormalement élevé". C'est ce qu'a estimé, mercredi 8 mars, le Conseil supérieur de l'audiovisuel qui se dit "préoccupé de la possibilité pour les autres candidats de bénéficier d’ici la fin de la période d’une exposition équilibrée au regard du principe d’équité". A lui seul, le candidat de la droite a accaparé plus de 35% du temps d'antenne consacré aux différents candidats à la présidentielle au mois de février.

Selon les données du CSA, qui portent sur la période du 1er au 26 février et que franceinfo a compilées, près de 16 000 minutes d'antenne (soit plus de 265 heures) ont été consacrées au candidat des Républicains sur les chaînes généralistes, les chaînes d'information et les radios.

Le temps d'antenne, tel que défini par le CSA, comprend le temps de parole du candidat, les interventions de ses soutiens, ainsi que l'ensemble des séquences qui lui sont consacrées, si celles-ci ne lui sont pas explicitement défavorables. En l'occurrence, le retentissement médiatique de l'affaire des emplois fictifs présumés a mécaniquement fait exploser le temps d'antenne de François Fillon.

Si son temps de parole est resté dans les clous (celui d'Emmanuel Macron, par exemple, est plus élevé), ses soutiens ont été largement invités à réagir à l'affaire et celle-ci – ainsi que ses conséquences sur la campagne – a fait l'objet de nombreux sujets à la télévision et à la radio.

Le retard de ses concurrents sera difficile à combler

A moins que les médias ne s'interdisent de parler de François Fillon (ce qui ne paraît ni très probable, ni très souhaitable), le retard pris par ses principaux concurrents, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Benoît Hamon, sera difficile à combler d'ici au 20 mars, date à laquelle on connaîtra la liste officielle des candidats et où les compteurs seront remis à zéro.

Du 1er février au 20 mars, les médias ne sont pas tenus de traiter à égalité tous les candidats à la présidentielle, mais doivent assurer un "principe d'équité", en tenant compte de leur représentativité et de leur implication effective dans la campagne. Malgré la souplesse qu'offre cette notion d'équité, le rééquilibrage risque d'être particulièrement ardu pour les chaînes généralistes, qui concentrent les écarts les plus importants, et qui ne disposent dans leurs grilles que de peu de cases consacrées à la politique, comme le montre ce deuxième graphique.

"Il reste trois semaines pour rectifier le tir, et le volume horaire des programmes consacrés à la présidentielle va augmenter", temporisait-on au CSA, la semaine passée. Depuis, le Conseil a pris conscient du problème et "demande instamment aux éditeurs [de] veiller" au respect du principe d'équité.

Quatorze candidats ont bénéficié de plus d'une heure d'antenne

Loin derrière François Fillon, Emmanuel Macron a totalisé, tous médias confondus, un peu plus de 9 800 minutes de temps d'antenne (soit 163 heures), alors que Marine Le Pen a été exposée un peu plus de 7 000 minutes (118 heures), talonnée par Benoît Hamon (112 heures). Jean-Luc Mélenchon est le seul autre candidat à avoir dépassé la barre des 50 heures d'exposition médiatique.

Derrière, l'écart est impressionnant : Nicolas Dupont-Aignan n'a totalisé que huit heures de temps d'antenne, Henri Guaino sept, Philippe Poutou quatre et Michèle Alliot-Marie trois. Seuls cinq autres candidats ont réussi à avoir plus d'une heure de temps d'antenne, tous médias confondus pendant ces trois semaines et demi. Ces chiffres hebdomadaires seront remis à jour jeudi 9 mars au soir par le CSA.