"Il est temps que chacun se reprenne" : ce qu'a dit François Fillon devant le comité politique des Républicains

L'ancien Premier ministre a appelé, lundi, son camp au rassemblement derrière sa candidature, la seule "légitime", selon lui, malgré les affaires d'emplois présumés fictifs qui empoissonnent sa campagne pour l'élection présidentielle.

François Fillon, lors de son arrivée au siège des Républicains, à Paris, le 6 mars 2017. 
François Fillon, lors de son arrivée au siège des Républicains, à Paris, le 6 mars 2017.  (GABRIEL BOUYS / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Droit dans ses bottes. François Fillon a réitéré son refus de se retirer de la course à l'élection présidentielle, devant le comité politique des Républicains, réuni, lundi 6 mars, à Paris. Cette réunion d'une vingtaine de poids lourds du parti avait été avancée de 24 heures pour tenter de sortir de la crise. 

>> Présidentielle : suivez en direct toutes les informations sur le comité politique des Républicains

Evoquant l'"immense succès" du rassemblement de la veille, le candidat a de nouveau répété qu'il n'y avait "pas de plan B". "Il est temps maintenant que chacun se reprenne et revienne à la raison" car "nos électeurs ne pardonneraient pas à ceux qui entretiennent le poison de la division", a également affirmé François Fillon, empêtré dans l'affaire des emplois présumés fictifs de ses proches. Voici l'intégralité de la déclaration du candidat LR. 

"La semaine dernière, un certain nombre de responsables de notre mouvement se sont désolidarisés de ma campagne. J’ai choisi de faire appel à nos électeurs en organisant dimanche un grand rassemblement à Paris. Ce rassemblement a été un immense succès : par son ampleur et par sa dignité.

Pour ma part, je considère que ce rassemblement confirme la légitimité que je tire de la primaire de la droite et du centre.

Dans le discours que j’ai prononcé dimanche, j’ai lancé un appel à mes amis politiques pour créer les conditions du rassemblement.

Ce matin, Alain Juppé a exclu définitivement d’être candidat à l’élection présidentielle, confirmant qu’il n’y avait pas de plan B.

Il est temps maintenant que chacun se reprenne et revienne à la raison.

Nos électeurs ne pardonneraient pas ceux qui entretiennent le poison de la division.

J’appelle toutes les femmes et les hommes de bonne volonté à se rassembler, à respecter le message que nos électeurs ont exprimé lors de la primaire et à s’unir autour de ma candidature qui est la seule légitime.

Nous avons perdu trop de temps en discussions vaines, laissant le champ libre à l’extrême droite et aux candidats de la gauche qui se frottent les mains en contemplant notre désunion. Il est temps pour chacun de faire campagne et de reconstruire une alternative crédible."