François Fillon a bénéficié d'un prêt de 50 000 euros non déclaré en 2013, révèle "Le Canard enchaîné"

Cet emprunt lui a été accordé par le milliardaire et propriétaire de "La Revue des deux mondes", Marc Ladreit de Lacharrière, affirme le journal dans son édition de mercredi.

François Fillon fait un discours durant un meeting à Aubervilliers, près de Paris, le 4 mars 2017.
François Fillon fait un discours durant un meeting à Aubervilliers, près de Paris, le 4 mars 2017. (QUENTIN VEUILLET / CITIZENSIDE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

François Fillon a bénéficié, en 2013, d'un prêt de 50 000 euros accordé par le milliardaire et propriétaire de La Revue des deux mondes, Marc Ladreit de Lacharrière, affirme Le Canard enchaîné dans son édition du mercredi 8 mars. Ce prêt, sans intérêts et sans date limite de remboursement, ne figure pas sur sa déclaration de situation patrimoniale déposée à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), selon l'hebdomadaire.

"Ce prêt a été remboursé", affirme l'avocat de Fillon

"Ce n'est pas une révélation, puisque c'est François Fillon qui l'a déclaré spontanément aux enquêteurs en mentionnant que c'était un oubli dans sa déclaration, a réagi auprès de franceinfo Antonin Lévy, avocat du candidat. Ce prêt a été intégralement remboursé, donc il ne s'agit pas d'une révélation fracassante du Canard enchaîné qui, visiblement, n'a plus grand chose à se mettre sous le bec, pour venir avec des informations de seconde main de ce type-là."

Reste que "cet oubli pourrait coûter cher au candidat à la présidentielle", ajoute Le Canard. Le réquisitoire du parquet national financier, qui a ouvert l'information judiciaire sur les emplois présumés fictifs de plusieurs membres de sa famille, vise entre autres des "manquements aux obligations de déclaration" de François Fillon auprès de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.
Selon le Code général des impôts, tout prêt supérieur à 760 euros doit être déclaré par l'emprunteur.