franceinfo en campagne. À Chantenay-Villedieu dans la Sarthe, l'ombre de François Fillon plane sur les législatives

Jusqu’aux législatives des 11 et 18 juin prochains, franceinfo zoome chaque jour sur une circonscription. Direction les terres de François Fillon ce mardi. À Chantenay-Villedieu, 4e circonscription de la Sarthe, où François Fillon a longtemps été député, sa décision de ne pas se présenter cette année laisse les électeurs déboussolés.

Les panneaux d\'affichage électoraux de Chantenay-Villedieu (Sarthe) en mai 2017.
Les panneaux d'affichage électoraux de Chantenay-Villedieu (Sarthe) en mai 2017. (MATTHIEU MONDOLONI / RADIO FRANCE)
avatar
franceinfoMatthieu MondoloniRadio France

Mis à jour le
publié le

Franceinfo poursuit son tour de France des circonscriptions qui valent le détour avant les législatives des 11 et 18 juin. Après les Yvelines, l'Aisne et la Seine-Saint-Denis, direction Chantenay-Villedieu, 900 habitants, dans la 4e circonscription de la Sarthe. Dans ce bourg, situé à mi-chemin entre Le Mans et Sablé-sur-Sarthe, et célèbre pour sa fête de la rillette, les quinze candidats à la députation ont bien du mal à faire oublier celui qui l'a représenté pendant plus de 25 ans : François Fillon.

À Chantenay-Villedieu dans la Sarthe, l'ombre de François Fillon plane sur les législatives. Reportage de Matthieu Mondoloni
--'--
--'--

Un électeur sur deux a voté pour le candidat Les Républicains au premier tour de la présidentielle et ils étaient encore plus nombreux (95%) à le plébisciter lors de la primaire de la droite et du centre. C'est encore à Chantenay-Villedieu que François Fillon avait effectué son premier déplacement en tant que candidat officiel de la droite début décembre.

Six mois plus tard, personne dans la commune n’a oublié le passage de l’enfant du pays. Il était notamment venu saluer Cécile Pilon qui tient la supérette du village. Entre deux clients qui font leurs courses à l'heure du déjeuner, elle se souvient, un peu nostalgique, de ce visiteur très particulier : "Il y a eu tellement de monde en peu de temps, c'était très impressionnant avec les journalistes et tout, donc oui, on s'en souvient !"

Michel Gavouyère, ancien adjoint au maire, et retraité de l’industrie automobile, à Chantenay-Villedieu (Sarthe) en mai 2017.
Michel Gavouyère, ancien adjoint au maire, et retraité de l’industrie automobile, à Chantenay-Villedieu (Sarthe) en mai 2017. (MATTHIEU MONDOLONI / RADIO FRANCE)

Mais, depuis sa défaite au premier tour, le 23 avril, François Fillon se fait très discret. Personne ne l’a revu. Certains disent qu’il se repose dans son château de Solesmes à quelques kilomètres de là, sans certitudes. Celui qui a été député de la circonscription pendant plus de 25 ans n’est plus candidat à rien et n’est plus sous le feu des projecteurs. Mais son ombre plane toujours sur les élections législatives.

"Aujourd'hui les gens sont un peu orphelins", résume Michel Gavouyère, ancien adjoint au maire, et retraité de l’industrie automobile. Selon lui, les électeurs ont perdu un père et un repère qui manque dans cette période de recomposition politique : "Fillon, pour la plupart des gens, et moi-même, c'était une certitude, l'affaire était actée. D'autres personnes se présentent maintenant mais ce n'est plus pareil, il n'y pas la même conviction sur un personnage."

Franck Vandevoorde, dans son tabac de Chantenay-Villedieu (Sarthe) en mai 2017.
Franck Vandevoorde, dans son tabac de Chantenay-Villedieu (Sarthe) en mai 2017. (MATTHIEU MONDOLONI / RADIO FRANCE)

François Fillon, "on l'aurait soutenu jusqu'à la fin"

Dans le village, les élections législatives ne suscitent pas un grand intérêt. La plupart des habitants que franceinfo a rencontrés ne connaissent pas les candidats. Et sur les panneaux électoraux, il n’y a qu’une seule affiche, celle d’un candidat sans étiquette, ce que regrette Franck Vandevoorde, le patron du tabac du village. "On vote plutôt pour un parti à ce genre d'élections je pense. Je ne sais pas encore, j'hésite entre Les Républicains et En Marche !" Le problème, c'est que, dans cette circonscription, aucun candidat ne se présente sous les couleurs d'En Marche ! Le parti d’Emmanuel Macron a souhaité épargner le député PS sortant, l'ancien ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, qui se représente.

À un peu moins de deux kilomètres, au bout d’un étroit chemin communal, on trouve la ferme Chauvet, une exploitation agricole tenue par Jean-Noël et Marie-Elise Vovard.

Jean-Noël et Marie-Elise Vovard, exploitants de la ferme Chauvet (Sarthe) en mai 2017.
Jean-Noël et Marie-Elise Vovard, exploitants de la ferme Chauvet (Sarthe) en mai 2017. (MATTHIEU MONDOLONI / RADIO FRANCE)

 À dix jours du vote, le couple est en plein doute. "À qui devons-nous faire confiance?", s'interroge Marie-Elise Vovard. Avec son époux, elle regrette le temps où les clivages politiques étaient plus clairs. Elle, aurait souhaité que François Fillon soit candidat aux législatives : "On l'aurait soutenu jusqu'à la fin. C'était une continuité pour nous, c'est un homme en qui on avait confiance. Maintenant, il va falloir qu'on s'adapte." S’adapter, c’est choisir parmi les quinze candidats qui se présentent dans cette 4e circonscription de la Sarthe. "La place doit être chère pour avoir autant de monde qui se présente", commente Marie-Elise Vovard. Quinze candidats pour une seule place à l’Assemblée nationale, une place au soleil pour sortir de l’ombre de François Fillon.

>>> Les candidats aux élections législatives dans la 4e circonscription de la Sarthe