Affaires : François Fillon dénonce "une machination" et "des fuites organisées par les services de l'État"

Le candidat à la présidentielle dénonce une "machination" et accuse l'Etat et le PS d'être à l'origine des révélations sur les affaires le concernant.

François Fillon le 22 mars, à la Maison de la radio.
François Fillon le 22 mars, à la Maison de la radio. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

En marge de son intervention devant l'AMF, François Fillon a réagi sur franceinfo aux propos de François Hollande, mercredi 22 mars en Conseil des ministres. Le président de la République a expliqué qu'"une République exemplaire" exige qu'il ne puisse pas y avoir de "suspicion à l'égard des personnes qui exercent les plus hautes fonctions ou qui briguent les plus hautes responsabilités".

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"Les masques tombent, la machination est maintenant aux yeux de tous les Français, a lancé sur franceinfo François Fillon. Chaque semaine, il y a des fuites contre le secret de l'instruction organisées par les services de l'État. Et comme par hasard, le PS, M. Macron, M. Hollande se jettent sur ces pseudos révélations pour exiger qui n'y ait pas de candidats à droite. La vérité, c'est que la gauche est dans l'incapacité de gagner cette élection et qu'elle n'a plus qu'une seule possibilité pour y parvenir, ce serait de ne pas avoir d'adversaires à droite".

"Une attaque sans précédent"

Réagissant à la démission de Bruno Le Roux de son poste de ministre de l'Intérieur, François Fillon a expliqué : "Je ne suis pas ministre de l'Intérieur, je suis candidat à l'élection présidentielle. C'est une attaque sans précédent depuis le début de la Ve République contre le processus démocratique"

Mardi, Bruno Le Roux a démissionné quelques heures seulement après l'ouverture d'une enquête préliminaire du Parquet national financier. Une enquête ouverte après les révélations de l'émission Quotidien (TMC) sur l'emploi par Bruno Le Roux, alors député, de deux de ses filles qui étaient lycéennes puis étudiantes et qui ont cumulé à elles deux 24 CDD.

Dans son édition datée de mercredi, le Canard enchaîné affirme que François Fillon a mis en relation un des clients de sa société de conseil 2F avec Vladimir Poutine. Par ailleurs, dans l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs, le Parquet national financier a délivré aux juges d'instruction un réquisitoire supplétif visant des faits d'"escroquerie aggravée, faux et usage de faux". Dans cette affaire, François Fillon a été mis en examen le 14 mars notamment pour détournement de fonds publics, recel et complicité d'abus de biens sociaux.