Présidentielle : les réponses aux questions que vous posez le plus sur Google à propos des candidats

Franceinfo répond aux requêtes formulées par les internautes sur le moteur de recherche Google au sujet des candidats à l'élection présidentielle. 

Les onze candidats à l\'élection présidentielle 2017. De gauche à droite : François Fillon, Benoît Hamon, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade, François Asselineau, Nathalie Arthaud, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou.
Les onze candidats à l'élection présidentielle 2017. De gauche à droite : François Fillon, Benoît Hamon, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade, François Asselineau, Nathalie Arthaud, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Philippe Poutou. (FRANCEINFO)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Salaire, compagnons ou compagnes, éléments de programme ou positionnement politique, les Français veulent en savoir plus sur les candidats à la présidentielle. Et quoi de plus simple pour s'informer à ce propos que de poser la question sur internet ? Sur Google, dans la semaine du 11 au 18 avril, les internautes se sont plus particulièrement intéressés à Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron, François Fillon et Marine Le Pen. 

Franceinfo répond ici à certaines des questions les plus posées sur le moteur de recherche concernant les candidats. 

Qui est le compagnon de Nathalie Arthaud ?

"Si elle n’est pas mariée, c’est parce qu’elle préfère l’union libre", précisait Paris Match dans un portrait consacré à la candidate de Lutte ouvrière, en 2009. Mais Nathalie Arthaud refuse d'évoquer plus en détail sa vie privée. Interrogée le 12 avril par Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFM-TV, la candidate communiste a expliqué : "Je n'ai pas la possibilité de beaucoup m'exprimer dans les médias et la priorité est de défendre mon programme. Je trouve ça assez déplacé, en fait".
Devant l'insistance du journaliste, Nathalie Arthaud a concédé qu'elle partageait la vie de quelqu'un et qu'elle habitait avec cette même personne, dans un appartement de 48 m2, situé en Seine-Saint-Denis, où elle exerce sa profession de professeure d'économie et de gestion. La candidate a ajouté qu'elle n'avait pas d'enfant. "Je l'assume totalement. [...] Ça a été un choix personnel, de fil en aiguille, ça vient comme ça". Contacté par franceinfo, son entourage n'a pas souhaité "trahir la candidate".
>> A quoi ressemblerait la France de Nathalie Arthaud ?

Qui soutient François Asselineau ? 

François Asselineau aime à le rappeler : l'Union populaire républicaine (UPR), son parti, est soutenu par plus de 24 000 adhérents. Une armée de militants très présente sur Internet mais également dans la rue, où les colleurs d'affiches tapissent les murs de l'effigie de leur candidat.
Mais le candidat du "Frexit" ne compte aucun soutien notable. Dans son équipe de campagne, aucune personnalité médiatique n’est à noter. François Asselineau s’est surtout entouré de fidèles, comme Vincent Brousseau, un ancien économiste de la Banque centrale européenne qui l’a rejoint, il y a sept ans, d’après Les Inrocks. Et pour assurer sa communication, le candidat de l’UPR s’appuie sur Karim Sehrane, propriétaire d’une brasserie du 19e arrondissement de Paris, et sur Thibaud Lonjon, un étudiant en sciences politiques âgé de 18 ans, selon Ouest France
>> Qui sont les supporters de François Asselineau, candidat surprise à l'élection présidentielle ?

Quel est le bord politique de Jacques Cheminade ? 

Tour à tour qualifié dans les médias de "saugrenu" ou d'"ovni", Jacques Cheminade est souvent considéré comme un candidat inclassable. Il se définit pourtant comme un "gaulliste de gauche" et cite comme références Jaurès, de Gaulle et Mendès France. En guerre contre la City de Londres et Wall Street, Jacques Cheminade veut lutter contre "l'occupation financière", notamment grâce à une sortie de l'euro.
Il a été associé à l'extrême droite à plusieurs reprises, à cause de ses liens avec le très controversé Lyndon LaRouche. Cet homme politique américain est connu pour ses théories complotistes, antisémites et homophobes, rappelle Libération. Jacques Cheminade assure toutefois que son parti, Solidarité et Progrès, n'a rien à voir avec l'extrême droite. Comme l'explique BFMTV, il se dit "répugné" par "les idéologies du sol, du sang, de la race".
>> Cake aux orties et critique de la finance : six choses vues et entendues lors de la campagne de Jacques Cheminade

De quelle ville Nicolas Dupont-Aignan est-il le maire ?

Depuis 1995, Nicolas Dupont-Aignan est le premier magistrat de Yerres, une ville de 29 000 habitants. Et cette commune de l'Essonne le lui rend bien : en 2012, il était arrivé en tête au premier tour, avec 24,88% des voix. "C’est un très bon maire, il a métamorphosé la ville. On a l’impression d’être dans un village de province. Il ferait un bon président de la République. Le problème, c’est qu’il n’est pas connu ailleurs", expliquait en mars l'une de ses administrées au Parisien. Le candidat de Debout la France est également député de la 8e circonscription de l'Essonne depuis 1997. 
>> A quoi ressemblerait la France de Nicolas Dupont-Aignan ?

Qui vote pour François Fillon ?

François Fillon, candidat des Républicains, séduit avant tout les seniors. Selon le dernier sondage Ipsos Sopra-Steria pour France Télévisions, réalisé les 7 et 8 avril, il recueille moins de 10% d'intentions de vote chez les 18-24 ans, les 25-34 ans, les 35-49 ans, et même chez les 50-59 ans. A l'inverse, François Fillon est en tête chez les 60-69 ans (23,3%) et il est de loin le candidat préféré des plus de 70 ans (46,2%).

Si l'on regarde les catégories socioprofessionnelles, c'est sans surprise chez les retraités que le député de Paris fait un tabac (36,2%), alors qu'il tourne autour de 15% chez les professions indépendantes et les cadres supérieurs et qu'il obtient des scores très bas chez les ouvriers et les employés. Enfin l'électorat de François Fillon est plutôt aisé : toujours selon ce sondage, il obtiendrait un score deux fois plus élevé chez les personnes qui gagnent plus de 36 000 euros par mois que dans les tranches inférieures.

Interrogé par le JDD, le directeur général adjoint de l'Ifop, Frédéric Dabi, souligne que si "la droite a toujours eu un électorat âgé, François Fillon a un déficit particulier vis-à-vis des jeunes". Comme le note le Huffington Post, les meetings de François Fillon sont essentiellement fréquentés par les personnes âgées, contrastant avec ceux de Jean-Luc Mélenchon par exemple. Un problème dont a pris conscience son équipe de campagne qui, selon Marianne, chercherait à "créer un buzz" dans "les dernières 72 heures de campagne" pour rajeunir son image.

>> Au meeting de François Fillon, ses soutiens veulent croire que "la raison l'emportera au dernier moment"

Combien gagne Benoît Hamon ? 

En 2016, Benoît Hamon a gagné 93 600 euros. Les revenus des candidats à l'élection présidentielle ne figurent pas dans la déclaration de patrimoine qu'ils doivent présenter à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP). Mais le candidat socialiste a décidé de les dévoiler spontanément en février auprès de la HATVP, rappelle Le Parisien. Il y déclare avoir touché 93 600 euros en indemnités parlementaires, sa seule source de revenus l'année dernière. Les revenus de sa compagne, avec qui il est pacsé, décrite en 2012 comme "chargée de mission auprès du secrétaire général du groupe LVMH", ne sont pas détaillés.

En revanche, dans sa déclaration de patrimoine, on apprend par ailleurs que le candidat socialiste possède un appartement dans les Hauts-de-Seine d'une valeur de 700 000 euros à 46,14% et un autre de 121 000 euros, dans le Finistère, qu'il possède entièrement. Les remboursements pour ces deux biens s'élèvent à 3 520 euros par mois. Il possède environ 15 000 euros sur divers comptes bancaires, une voiture estimée à 2 000 euros et un fonds de retraite à Bruxelles d'une valeur de 61 067 euros. 

>> Objets préhistoriques, montres, découverts... Huit infos étonnantes sur les déclarations de patrimoine des candidats à la présidentielle 

Quel est le parti de Jean Lassalle ?

Jean Lassalle est passé par plusieurs partis. Après avoir été le suppléant du député RPR Michel Inchauspé entre 1988 et 2002, il se fait élire lui même député des Pyrénées-Atlantiques sous l'étiquette du parti de centre-droit UDF. En 2007, il adhère au MoDem, lors de la création du mouvement par François Bayrou. Il vote pour Nicolas Sarkozy, le candidat de droite de l'UMP, au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2012. Le 17 mars 2016, lors de l'annonce de sa candidature, Jean Lassalle quitte le MoDem et créé à l'occasion de sa campagne son propre mouvement, Résistons !.

>> VIDEO. La campagne de Jean Lassalle résumée en sept émojis

Marine Le Pen peut-elle gagner ?

C’est l’un des enjeux majeurs de cette élection présidentielle. La présidente du Front national n’aurait jamais été aussi proche de la victoire. Et ce sont les sondages qui le disent : tous indiquent que Marine Le Pen devrait être présente au second tour. La fille de Jean-Marie Le Pen semble donc en position de rééditer l’exploit de son père en 2002. Mais pourra-t-elle l’emporter au second tour ? Aucun des sondages ne la donne gagnante.

Pour autant, certains spécialistes affirment que la candidate frontiste pourrait créer la surprise grâce à l’abstention. "Si les électeurs de Marine Le Pen se mobilisent fortement, et ceux de son adversaire nettement moins, elle peut gagner", indique à franceinfo le physicien Serge Galam, qui avait prédit, dès l’été 2016, la victoire de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis. Si cette perspective est agitée comme un chiffon rouge par les adversaires de Marine Le Pen, une nouvelle donne est apparue dans les dernières semaines de campagne. La candidate n’a cessé de perdre du terrain dans les sondages. Créditée de 27 à 28% des intentions de vote au début de la campagne, Marine Le Pen est désormais tombée à 22/23%.

>> Quand Marine Le Pen menait sa toute première campagne

La taxe d'habitation d'Emmanuel Macron, supprimée pour qui ?

Emmanuel Macron veut supprimer la taxe d'habitation pour "tous les Français des classes moyennes et populaires"', soit "80% des ménages", tout en remboursant les communes qui en perçoivent aujourd'hui le produit, comme nous vous l'expliquons dans cet article.
Cet impôt est actuellement payé par tous les occupants d'un logement, qu'ils soient propriétaires ou locataires. Les foyers aux très faibles revenus – les 20% les plus pauvres – en sont déjà exonérés, mais, avec la promesse du candidat d'En marche !, les ménages dont le revenu fiscal par an et par part est inférieur à 20 000 euros ne seront plus assujettis, selon les estimations de son équipe de campagne. Un couple avec deux enfants sera par exemple exonéré tant que ses revenus restent inférieurs à 5 000 euros par mois.

>> Supprimer la taxe d'habitation pour 80% des Français : cinq questions sur la promesse d'Emmanuel Macron

Comment Jean-Luc Mélenchon finance-t-il son programme ?

Jean-Luc Mélenchon base son programme économique sur une relance de la croissance par un grand plan d'investissements de plus de 100 milliards d’euros. Il veut investir dans le domaine social, à hauteur de 45 milliards d’euros, dans l’écologie à hauteur de 50 milliards d’euros ou encore dans les services publics à hauteur de 7 milliards d’euros, signale Libération.

Et comment financer tout ça ? D'abord par l’emprunt. "Notre déficit moyen restera proche de la moyenne sous le quinquennat Hollande grâce au regain d'activité, il n'y a donc pas de raison que les taux d'intérêts remontent. Nous ­pourrons donc recourir en priorité à l'emprunt", explique aux Echos Liêm ­Hoang-Ngoc, responsable des questions économiques pour le candidat.

Mais également grâce à ce qu'il appelle sa "révolution fiscale". Le taux de prélèvements obligatoires passerait de 45% du PIB, aujourd'hui, à 49,2% en 2022. Il compte également transformer la CSG et l'impôt sur le revenu en un "impôt citoyen sur les revenus". Pour être plus juste, il sera rendu plus progressif, avec un barème passant de 5 à 14 tranches. Pour instaurer un revenu maximal, la tranche supérieure à "vingt fois le revenu médian" sera imposée à 100%. Le salaire mensuel médian s'établissant actuellement à 1 772 euros nets, cela signifierait que tous les revenus au-delà de 35 440 euros seraient imposés à 100%.

Enfin, le candidat écarte le risque de dérapage des déficits publics, car il souhaite renégocier tous les traités européens. "Mais sans jamais expliquer ni comment ni avec quel partenaire", relève Libération.

>> Salarié, chômeur, chef d'entreprise... Si Jean-Luc Mélenchon devient président, voici ce qui changera pour vous

Quel est le métier de Philippe Poutou ?

Philippe Poutou est salarié de l’usine Ford de Blanquefort (Gironde). Il est employé comme réparateur de machines-outils. Le candidat est également délégué syndical de la CGT et se mobilise depuis plusieurs semaines pour sauver son usine tout en faisant campagne, comme le raconte 20 Minutes.

Dans ses discours, le Front national lui reproche parfois à tort de ne pas avoir vu d’ouvriers depuis longtemps en raison de ses activités syndicales. Comme le détaille le Huffpost, Philippe Poutou travaille à la maintenance de son usine 30 heures par semaine. Il est en "2x8", autrement dit en poste de 6 heures à 14 heures ou de 14 heures à 22 heures une semaine sur deux. Le candidat du NPA n’est pas aux 35 heures car il consacre une journée par semaine à son parti. Il bénéficie aussi d’une décharge de 20 heures par mois pour assurer sa fonction de délégué syndical. Pour la campagne, il a été contraint de prendre un congé sans solde de six semaines. Il a prévu d’être de retour à l'usine le 2 mai... sauf s’il se qualifie pour le second tour.