Longueurs de piscine, recueils de poèmes ou improvisation : comment les "petits candidats" se sont préparés pour "Le Grand Débat"

Les candidats à la présidentielle ont échangé à onze pour la première fois lors du débat organisé par BFMTV et CNews, mardi 4 avril.

Quatre candidats à l\'élection présidentielle ont expliqué à franceinfo comment ils préparaient le débat du 4 avril 2017.
Quatre candidats à l'élection présidentielle ont expliqué à franceinfo comment ils préparaient le débat du 4 avril 2017. (ANSELME CALABRESE / FRANCEINFO)
avatar
Camille AdaoustFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Cette fois, ils seront onze à débattre. Tous les candidats à l'élection présidentielle participeront, mardi 4 avril à partir de 20h40, au "Grand Débat" organisé par BFMTV et CNews. Si Emmanuel Macron, Marine Le Pen, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont déjà eu l'occasion de tester l'exercice, les autres candidats font leur entrée pour la première fois dans l'arène. Alors comment préparent-ils ce grand oral ? Franceinfo les a contactés* pour connaître leur emploi du temps à quelques heures de ce rendez-vous.

>> Présidentielle : regardez en direct sur franceinfo.fr "Le Grand Débat" entre les 11 candidats sur BFMTV et CNews

De la natation pour Nicolas Dupont-Aignan

"Un candidat à la présidence de la République n'a pas besoin de fiche", affirme Nicolas Dupont-Aignan à franceinfo. Le candidat de Debout la France ne prévoit pas de "bachotage" de dernière minute pour se préparer au débat. "Je connais mon programme", ajoute-t-il. Pas question non plus de préparer des attaques envers les autres candidats.

Je ne suis pas là pour critiquer mes adversaires, ce n'est pas un match de boxe.

Nicolas Dupont-Aignan

à franceinfo

La préparation est donc avant tout physique. "J'ai allégé mon emploi du temps, je vais aller nager à la piscine pour me décontracter", explique-t-il. "Je me sens prêt", conclut Nicolas Dupont-Aignan, après avoir vivement regretté de ne pouvoir participer au débat organisé par TF1 le lundi 20 mars.

Des poésies pour Jacques Cheminade

Louis Aragon, François Villon, Charles Baudelaire ou Arthur Rimbaud. C'est en leur compagnie que Jacques Cheminade prépare "Le Grand Débat". "Je lis de la poésie pour y puiser quelque chose, pour être plus précis", explique à franceinfo le candidat. Il ne compte toutefois pas citer ces poètes lors des échanges. Il assure avoir "préparé des armes pour frapper là où il faut"."J'ai préparé des références, des angles, des exemples précis qui peuvent éclairer les gens", ajoute Jacques Cheminade, qui veut des discussions "moins abstraites" que lors des précédents débats politiques. 

En ce qui concerne l'introduction et la conclusion, accordées à chaque candidat, elles sont prêtes : "Je peaufinerai mardi dans la journée." En revanche, aucune répétition générale du débat n'est prévue : "Sinon, on finit par être paralysé, à recracher un sujet tout fait. Ce ne serait pas naturel."

De l'improvisation pour Jean Lassalle

"Je ne me prépare pas." Le ton est donné. Jean Lassalle considère le débat du mardi 4 avril comme "un rendez-vous important, mais finalement comme tous les autres". Il va donc consacrer ses dernières heures avant le débat à continuer sa campagne.

Il faut que je finisse d'écrire mon programme, que j'organise quelques déplacements pour les trois semaines qui viennent.

Jean Lassalle

à franceinfo

Jean Lassalle admet être "plus dans l'improvisation." "Dans tous les rendez-vous qui sortent de l'ordinaire, je n'ai jamais rien préparé pour la simple et bonne raison que les choses ne se passent jamais comme prévu", ajoute-t-il, préférant ne pas se "charger l'esprit d'éléments inutiles".

Si Jean Lassalle participe au débat, c'est avant tout pour se faire connaître : "Contrairement aux immenses candidats, je suis minusculissime. Je vais donc me faire connaître de millions d'électeurs qui ne savent même pas que j'existe."

De la sérénité pour François Asselineau

Aucune préparation non plus pour François Asselineau. "Il connaît très bien ses dossiers, il les travaille depuis dix ans", fait valoir Karim Sehrane, le porte-parole de sa campagne. Le candidat a tout de même "légèrement" allégé son programme de la journée. "Il n'est pas inquiet, pas stressé, mais serein", ajoute son porte-parole. Mardi 4 avril, une "journée comme une autre" donc.  

* Nathalie Arthaud n'a pas souhaité répondre à nos questions et nous n'avons pas eu de retour de la part de Philippe Poutou.