VIDEOS. "La vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié", assure Emmanuel Macron

Francetv info revient sur les trois déclarations du ministre de l'Economie, mercredi sur BFMTV, qui ne sont pas passées inaperçues.

Le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, le 19 janvier 2016 à l'Assemblée nationale.
Le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, le 19 janvier 2016 à l'Assemblée nationale. (ALAIN JOCARD / AFP)

Mis à jour le , publié le

L'emploi : c'est le principal sujet dont le ministre de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, Emmanuel Macron, a parlé, mercredi 20 janvier, sur BFMTV. Au cours de cette interview, il a prononcé trois phrases qui ne sont pas passées inaperçues.

"Je pense qu'on doit aller encore plus loin" pour l'emploi

Temps de travail, formation, insertion des jeunes... Le président de la République a dévoilé, lundi, ses mesures pour inverser la courbe du chômage, lors de ses vœux au Conseil économique, social et environnemental. Emmanuel Macron était donc invité à donner son avis sur ces mesures, mercredi matin.

Le ministre estime que le plan pour l'emploi du chef de l'Etat comporte "une série de solutions très importantes""Beaucoup de choses ont été faites depuis plusieurs années... depuis le début 2012", ajoute-t-il.

Et quand le journaliste, Jean-Jacques Bourdin, lui demande si c'est suffisant, Emmanuel Macron répond : "Je pense qu'on doit aller encore plus loin. Le président de la République a lui-même ouvert des voies.". Le ministre considère qu'"il faut s'y engouffrer, pousser" et "que c'est aussi son rôle dans le gouvernement".

"Non, je n'ai pas pensé à démissionner"

"Est-ce que vous avez envisagé de démissionner ?", lance Jean-Jacques Bourdin, au sujet des rumeurs de départ d'Emmanuel Macron du gouvernement, la réponse du ministre est claire. "Non." "Jamais ?" "Je vais vous dire une chose simplement : quand j'ai envie de dire quelque chose, je le dis moi-même", tranche-t-il.

"Je ne suis pas dans l'indécence qui consiste à menacer de démissionner", martèle-t-il. Avant d'ajouter : "Je suis au combat et je me bats dans le gouvernement que dirige Manuel Valls." Le ministre de l'Economie a, par ailleurs, refusé de dire s'il comptait se présenter à la présidentielle et a déclaré qu'il n'était pas "obsédé" par cette élection.

"La vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié"

Alors qu'Emmanuel Macron vante et encourage l'entrepreneuriat, comme François Hollande l'a fait lundi, en proposant une incitation fiscale, il glisse cette petite phrase : "La vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié. Il ne faut jamais l'oublier." Passée presque inaperçue sur le moment, mais reprise par le compte Twitter de RMC, la phrase fait vivement réagir sur les réseaux sociaux, et dans nos commentaires, d'un côté, comme de l'autre.

"[L'entrepreneur] peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties", insiste-t-il, après avoir rappelé qu'ils "prennent des risques quand ils embauchent". "Je ne connais aucun entrepreneur qui embauche quelqu'un et à qui cela fait plaisir de renvoyer son salarié. Cela signifie que ça va mal ou que ça se passe mal avec lui", assure le ministre.

Emmanuel Macron déplore aussi le manque de visibilité pour les entrepreneurs. "L'entrepreneur se dit : 'Est-ce que j'ai le droit de me tromper ? Est-ce que si ça va mal demain, je pourrai m'adapter', explique le ministre. C'est cette visibilité qu'il faut leur donner."