Statut de première dame pour Brigitte Macron : "On élit une personne, pas un couple"

Élu président de la République dimanche, Emmanuel Macron, devrait officialiser le statut de première dame de son épouse Brigitte, comme il s'y est engagé. Une décision qui doit combler un vide juridique, explique la politologue Armelle Le Bras-Chopard.

Emmanuel Macron et sa femme Brigitte, au Louvre, dimanche 7 mai 2017, après le second tour de l\'élection présidentielle.
Emmanuel Macron et sa femme Brigitte, au Louvre, dimanche 7 mai 2017, après le second tour de l'élection présidentielle. (PATRICK KOVARIK / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La politologue Armelle Le Bras-Chopard, auteure du livre Première dame, second rôle, est revenu mardi 9 mai sur franceinfo sur le rôle à venir de Brigitte Macron, l'épouse du nouveau président élu, à l'Élysée. Emmanuel Macron, avant son élection, avait promis de clarifier le statut de la première dame, en lui donnant un rôle public, mais pas de rémunération.

franceinfo : Quelle forme cette reconnaissance du rôle de la première dame peut-elle prendre ?

Armelle Le Bras-Chopard : Emmanuel Macron parle d'un statut. Mais un statut normalement définit la situation d'une ou plusieurs personnes, en l'occurrence la femme du président. Est-ce que cette situation concernerait uniquement Brigitte Macron, ou est-ce qu'elle sera applicable aux futurs conjoints ou conjointes de président ? On peut imaginer qu'une femme devienne présidente de la République. Cela arrivera bien un jour. Son mari ou son compagnon entrerait alors dans ce statut, même s'il ne le souhaite pas.

Juridiquement, rien ne définit aujourd'hui le rôle de la première dame ?

Non, elle n'existe pas politiquement. On élit une personne, pas un couple. La République s'est précisément distinguée de la monarchie sur ce point. La femme du monarque, donc la reine, avait une existence politique et réglementée. Elle pouvait être régente et représenter son époux. Avec la République, la vie publique et privée se sont clairement définies et séparées. La première dame a un statut privé et elle ne devrait pas avoir un rôle public naturel avant même l'élection. Emmanuel Macron l'a répété : on n'élit pas un ticket. D'ailleurs, il n'a pas non plus voulu donné le nom de son futur Premier ministre, dans le respect de la tradition de la Ve République.

Est-ce qu'officialiser ce statut de première dame peut permettre de rendre les dépenses consacrées à la première dame plus transparente ?

Effectivement. La première dame a des collaborateurs et un bureau à l'Élysée. Est-ce que cela coûte cher ? La question n'est pas là, puisque, de toute façon, elle ne sera pas rémunérée, a dit Emmanuel Macron.