Pour E. Macron, "l’état d’urgence doit être maintenu" aussi longtemps que nécessaire

Invité du JT de France 2 du 19 mars, Emmanuel Macron, candidat à l’élection présidentielle, a répondu aux questions de Laurent Delahousse sur la sécurité des citoyens français.

FRANCE 2
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Samedi 18 mars, un homme a été abattu à Orly après avoir agressé une militaire de l’opération Sentinelle. Invité au JT de France 2, le 19 mars, Emmanuel Macron a réagi à cet événement, réaffirmant l’urgence de déployer des moyens de sécurité : "J’ai toujours été parfaitement clair sur ce sujet, explique le candidat à l’élection présidentielle. L’état d’urgence doit être maintenu aujourd'hui, et il ne peut être levé qu’à la lumière d’informations dont ni vous ni moi ne disposons. C’est très simple : l’état d’urgence, c’est dans l’état de droit des circonstances particulières qui justifient d’utiliser des moyens de police, des moyens administratifs pour protéger nos concitoyens. Il faut, pour le maintenir, avoir une juste perception des risques effectifs. Aujourd’hui, je n’ai pas les dernières connaissances, ce sont les services qui les ont."

"Une erreur de combat"

"Si je suis élu président de la République, je regarderai en détail la nature des informations transmises à l’instant T, a poursuivi le fondateur du mouvement "En Marche !". Mais aussi longtemps que la sécurité de nos concitoyens le justifie, aussi longtemps que les perquisitions administratives que seul permet l’état d’urgence sont indispensables, il convient de maintenir l’état d’urgence."

Face aux critiques lancées par Benoît Hamon, lors de son meeting, à Bercy, à Paris, Emmanuel Macron indique : "Je regrette que je sois devenu la cible principale et je pense que c'est une erreur de combat."

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron candidat d\'En marche ! à la présidentielle sur le plateau du journal de 20 heures de France 2, le 19 mars 2017.
Emmanuel Macron candidat d'En marche ! à la présidentielle sur le plateau du journal de 20 heures de France 2, le 19 mars 2017. (FRANCE 2)