"Pas très solides" : une eurodéputée allemande juge les propositions d'Emmanuel Macron sur l'Europe

Ingeborg Grässle, députée européenne allemande (PPE), a estimé, mardi soir sur franceinfo, les propositions d'Emmanuel Macron pas très "réalisables" à la suite de son discours sur l'Europe.

Le président Emmanuel Macron a prononcé un discours sur l\'Europe dans à la Sorbonne, à Paris, le 26 septembre 2017.
Le président Emmanuel Macron a prononcé un discours sur l'Europe dans à la Sorbonne, à Paris, le 26 septembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La députée européenne allemande (PPE) Ingeborg Grässle a jugé les propositions d'Emmanuel Macron pour l'Union européenne pas "très solide", mardi 26 septembre sur franceinfo. Alors que le président de la République a exposé, mardi, ses idées pour "relancer" le projet européen, "il n'a pas dit comment les financer", a expliqué la députée européenne, qui est également présidente de la Commission de contrôle budgétaire du Parlement européen.

franceinfo : Qu'avez-vous pensé du discours d'Emmanuel Macron ?

Ingeborg Grässle Je crois que le président Macron a proposé beaucoup de nouveaux instruments, mais il n'a pas dit comment les financer. Il a donné des idées lointaines de financement. Je crois que si on veut vraiment faire l'Europe, il faut dire d'où vient l'argent et non pas d'où pourrait venir l'argent. C'est absolument flou encore. Les propositions de financement n'ont pas été très solides. Mais, Emmanuel Macron a proposé, au moins, 7 ou 8 nouveaux instruments européens et tout cela coûte de l'argent. J'ai trouvé son discours avec beaucoup d'élan. J'ai bien aimé, mais le président Macron a pris la vue de l'ultra-européen. Je crains que j'appartienne à ces gens qui se penchent sur les détails et le fond.

Suivrez-vous Emmanuel Macron dans ses propositions ?

Non. Il a beaucoup critiqué l'Union européenne d'aujourd'hui. Je pense que ce n'est pas ce qu'il faut faire. Il a proposé des choses qui ne sont pas du tout réaliste, des choses très fédéralistes. C'est donc clair que les électeurs et même les chefs d'État n'ont pas envie de ça.

Quel sera le rôle d'Angela Merkel vis-à-vis d'Emmanuel Macron et de son projet pour l'Europe ?

Elle s'oriente toujours vers ce qui est faisable. Elle est très pragmatique. Elle se demande : "Est-ce qu'il y aura une majorité pour ça ? Est-ce que les partenaires seraient d'accord avec ça ?" Elle ne proposerait jamais quelque chose où les partenaires ne sont pas d'accord, contrairement à Emmanuel Macron. Par exemple, l'harmonisation des taux d'impôts sur les sociétés, madame Merkel ne ferait jamais cela. Elle propose des choses qui sont réalisables.

"Les propositions de financement n'ont pas été très solides", Ingeborg Grässle
--'--
--'--