Laurence Parisot dément être "prête" pour Matignon mais reste "disponible" pour travailler dans l'équipe de Macron

"J'ai une expérience, je suis crédible. Donc je peux être prête", a répondu l'ancienne présidente du Medef à "Marianne". 

Laurence Parisot, lors d\'une interview à Paris, le 22 février 2017. 
Laurence Parisot, lors d'une interview à Paris, le 22 février 2017.  (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec ReutersFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'ancienne présidente du Medef, Laurence Parisot, s'est dite "prête" pour le poste de Premier ministre si Emmanuel Macron est élu le 7 mai à la présidence de la République, avant de rétropédaler. 

Interrogée par Marianne jeudi 27 avril, la vice-présidente de l'Ifop, 57 ans, souligne : "J'ai plusieurs fois dit que j'étais disponible à faire des choses. J'ai une expérience, je suis crédible. Donc je peux être prête", répond l'ancienne patronne des patrons "quand on l'interroge sur la possibilité de se voir proposer Matignon". Elle précise toutefois ne pas avoir de contact avec le candidat et les équipes d'En marche ! à ce sujet.

Richard Ferrand, secrétaire général du mouvement, a dénoncé l'attitude de Laurence Parisot sur Twitter. "Nous menons campagne pour rassembler et servir la France, d'autres rêvent à leur carrière. Dérisoire, inconvenant et vaniteux", écrit-il.

"J'aimerais travailler dans une équipe au sens large"

Laurence Parisot s'est ensuite défendue dans un tweet, jugeant "abusif" le titre de l'article ("Quel premier ministre pour Macron ? Laurence Parisot se dit disponible"). "Titre abusif et que je démens moi-même dans l'article. Inutile d'envenimer ce qui n'a pas à l'être", écrit-elle.

Laurence Parisot, qui avait tenté sans succès de recruter Emmanuel Macron en 2006 à la direction générale du Medef, a présidé l'organisation patronale de 2005 à 2013, au cours de deux mandats. Elle est aujourd'hui membre du conseil d'administration de BNP Paribas et d'EDF, notamment.

Invitée de franceinfo le 24 avril, l'ancienne présidente du Medef déclarait : "J'aimerais travailler dans une équipe au sens large. Je ne sais pas si c'est celle que proposera Emmanuel Macron, ça peut être dans un gouvernement, mais il y a plein d'autres missions à accomplir pour la France."