La proposition d'Emmanuel Macron de créer une armée européenne "vise à redonner à l'Europe sa souveraineté"

L'ex-chef d'état-major de l'armée de l'air française, Jean-Paul Paloméros, appuie la proposition d'Emmanuel Macron de créer "une force d'intervention" européenne pour 2020 et explique qu'elle peut se faire sur le modèle de l'Otan. 

Le président Emmanuel Macron, lors de son discours sur l\'Union Européenne, mardi 26 septembre, à la Sorbonne (Paris). 
Le président Emmanuel Macron, lors de son discours sur l'Union Européenne, mardi 26 septembre, à la Sorbonne (Paris).  (LUDOVIC MARIN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La proposition d'Emmanuel Macron de créer une "force commune d'intervention" européenne pour 2020, mardi 26 septembre à la Sorbonne"vise à redonner à l'Europe sa souveraineté", a estimé, mercredi, Jean-Paul Paloméros, ancien commandant au sein de l’Otan et conseiller du chef de l'Etat pendant la campagne présidentielle. 

Il s'agit de donner à l'Europe une force d'intervention autonome d'ici trois ans, rien à voir avec ce que l'on a aujourd'hui.

Jean-Paul Paloméros

à franceinfo

Derrière cette proposition d'Emmanuel Macron, il y a également, selon Jean-Paul Paloméros, l'idée "d'une transformation profonde des processus politiques" qui repose "sur trois piliers : l'économie, le social et la défense". "C'est une renaissance de l'Europe. Chacun doit maintenant se décider, a-t-il ajouté. Cela peut être une Europe à 27 mais ce peut aussi être une Europe de ceux qui le peuvent et le veulent. Ce sera une Europe de ceux qui veulent bien se donner une souveraineté nouvelle. C'est vrai dans le domaine de la défense mais aussi dans le domaine du digital."

L'Otan, un modèle à suivre ?

Pour l'ancien chef d'état-major de l'armée de l'air française, la mise en place d'une armée européenne peut se faire sur le modèle de l'Otan. "Dans l'Otan, lorsqu'on doit envoyer des troupes à l'extérieur - et c'est arrivé à de nombreuses reprises dans les Balkans, en Libye et ailleurs - c'est exactement le même problème : les pays sont souverains au sein de l'alliance. Pourtant ils y arrivent. Il faut effectivement les structures, un état-major de planification", a-t-il expliqué.

Une force d'intervention européenne "vise à redonner à l'Europe sa souveraineté", Jean-Paul Paloméros, ancien commandant au sein de l’Otan
--'--
--'--