Emmanuel Macron veut créer 15 000 places de prison et 10 000 postes chez les forces de l'ordre

L'ancien ministre de l'Economie a dévoilé ses premières propositions sur la sécurité dans un entretien au "Figaro", vendredi.

Emmanuel Macron, candidat à l\'élection présidentielle, à Alger (Algérie), le 14 février 2017.
Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle, à Alger (Algérie), le 14 février 2017. (AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Alors qu'Emmanuel Macron est souvent critiqué pour ne pas encore avoir présenté son programme, il a dévoilé des propositions concernant la sécurité dans un entretien au Figaro (articles abonnés), vendredi 17 février.

15 000 places de prison sur cinq ans

L'ancien ministre de l'Economie annonce vouloir créer "15 000 places de prison sur le quinquennat". "Je poursuivrai les bonnes décisions de Jean-Jacques Urvoas [le ministre de la Justice]", glisse-t-il. 

"Il faut construire entre 10 000 et 16 000 cellules" dans les prisons françaises d'ici 2025, avait déclaré le Garde des sceaux, en septembre. "Il faut construire des cellules, pas des places de prison", avait-il insisté, alors que la surpopulation carcérale a battu un nouveau record en France, en 2016.

10 000 postes chez les forces de l'ordre

"Ma politique est celle de la tolérance zéro", assure le candidat d'En Marche ! Une "tolérance zéro" "à l'égard de la délinquance comme de tout excès en termes de violence policière", déclare-t-il dans une allusion à l'affaire Théo.

Il indique vouloir créer "une police de sécurité quotidienne", le nom qu'il souhaite donner à une résurrection de la police de proximité. "Quand vous n'avez plus dans les quartiers que des CRS et des brigades d'intervention, cela signifie qu'il n'y a plus de sécurité quotidienne", plaide-t-il.

Pour assurer cette mission, Emmanuel Macron propose créer 10 000 emplois nouveaux "dont 7 500 dans la police et 2 500 dans la gendarmerie", précise-t-il.

Amende de 100 euros pour des actes de petite délinquance

Selon Emmanuel Macron, "les Français ont besoin, en matière de justice, de réponses pragmatiques et rapides". Ainsi, pour des actes de petite délinquance, "du vol à l'étalage à l'usage de stupéfiants", il souhaite "pouvoir sanctionner sur-le-champ par une amende - 100 euros environ". D'après lui, elle serait "plus dissuasive et efficace" qu'"une réponse pénale plus tardive et théorique".

Suppression de l'automaticité d'aménagement des peines inférieures à deux ans

Pour Emmanuel Macron, "une peine prononcée doit être une peine exécutée". Et il annonce vouloir "supprimer le principe de l'automaticité d'aménagement des peines inférieures à deux ans".

Il estime que "le système actuel a des effets pervers" et qu'il "conduit soit à durcir les peines pour être certain qu'elles connaissent un début d'exécution, soit à les rendre inutiles puisqu'elles ne sont pas exécutées". Sans davantage de détails, l'ancien locataire de Bercy affirme n'être "ni contre les courtes peines ni pour l'enfermement automatique mais pour un traitement proportionné".