Revivez le discours d'Emmanuel Macron devant le Congrès à Versailles

Le président de la République, Emmanuel Macron, a prononcé un discours devant les parlementaires réunis à Versailles, lundi.

Voir la vidéo
FRANCEINFO
avatar
Elise LambertSimon GourmelletKocila MakdecheFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Il a pris la parole pendant une heure et demie. Emmanuel Macron a détaillé, lundi 3 juillet, les grandes orientations du début de son quinquennat, devant le Congrès réuni à Versailles. Un long discours devant l'Assemblée nationale et le Sénat, que le chef de l'Etat a promis de renouveler chaque année durant son mandat.

Emmanuel Macron annonce qu'il "rétablira les libertés des Français en levant l'état d'urgence à l'automne". "Ces libertés sont les garanties d'une démocratie forte", a estimé le chef de l'Etat. 

Il promet de revenir "tous les ans" devant le Congrès pour "rendre compte" de son action. "Trop de mes prédécesseurs se sont vu reprocher de n'avoir pas fait la pédagogie de leur action ni d'avoir exposé le sens et le cap de leur mandat", a estimé le chef de l'Etat.

 Il confirme sa volonté de "réduire d'un tiers" le nombre de parlementaires. Le Conseil économique, social et environnemental serait également concerné par cette mesure. Emmanuel Macron a en outre proposé d'introduire "une dose de proportionnelle" au Parlement, afin que "toutes les sensibilités y soient justement représentées".

Une contre-manifestation à l'appel de Jean-Luc Mélenchon. Après le boycott du Congrès, les députés de La France insoumise ont organisé un rassemblement place de la République, à Paris, pour protester contre ce qu'ils appellent "le coup de force" du président. "C'est une situation qui est celle de la monarchie, rien d'autre", a lancé l'ancien candidat à la présidentielle, avant de dénoncer "le populisme démagogique du chef de l'Etat" sur la réduction du nombre de parlementaires.

Le live

Suivez le live et réagissez en direct
#CONGRES

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CONGRES

21h51 : Trente-deux. C'est le nombre de fois où Emmanuel Macron a fait référence à la liberté lors de son allocution devant le Congrès, tout à l'heure. Mais ce n'est pas le seul mot-clé qu'a répété Emmanuel Macron. La preuve en images.


(FRANCEINFO)

20h08 : Vu ! Tout à l'heure, pendant le discours d'Emmanuel Macron, Nicolas Hulot a visiblement eu un moment d'absence, comme l'a repéré cet internaute. Entre les coups de fatigue et les selfies des élus, nous vous avons préparé un article sur tout ce que vous n'avez pas vu pendant la prise de parole d'Emmanuel Macron.

20h00 : 20 heures. Le moment est venu de faire un point sur l'actualité :


Le champion du monde slovaque Peter Sagan (Bora) a remporté la troisième étape du Tour de France, sur les hauteurs de Longwy (Meurthe-et-Moselle). Le Britannique Geraint Thomas (Sky) a gardé le maillot jaune de leader après cette étape qui marque l'entrée en France de cette 104e édition.

• Emmanuel Macron a promis à la tribune du Congrès, à Versailles, de répondre à "l'impatience" des Français par un "changement profond", symbolisé par plusieurs réformes institutionnelles comme la "réduction d'un tiers" du nombre de parlementaires ou l'introduction d'une "dose de proportionnelle". Voici ce qu'il faut retenir de son allocution.

• Il menaçait de tuer Emmanuel Macron le 14-Juillet : un homme de 23 ans, proche de l'idéologie d'extrême droite, a été mis en examen et écroué.

• Un car de touristes a brûlé dans un accident en Bavière, faisant 18 morts piégés par les flammes et 30 blessés. "Onze corps ont déjà été dégagés" et les enquêteurs "s'efforcent de retrouver les restes" des sept autres personnes disparues.

19h51 : De l'autre côté du spectre politique, voici la réaction de Nicolas Dupont-Aignan, lui aussi très critique envers le président. "Il va bien falloir qu'Emmanuel Macron précise ses orientations et ne dise pas dans la même phrase tout et le contraire de tout", a lancé le député de l'Essonne et président de Debout la France.


19h42 : Nous vous le disions d'ailleurs tout à l'heure : Jean-Luc Mélenchon ne voit pas d'un bon oeil la réduction du nombre de parlementaires. "Ne vous laissez pas intimider par ce populisme démagogique du chef de l'Etat", a-t-il lancé depuis la place de la République, à Paris. Voici la séquence :

19h33 : Emmanuel Macron a redit sa volonté de réduire d'un tiers le nombre de membres des assemblées constitutionnelles (l'Assemblée nationale, le Sénat et le Conseil économique, social et environnemental). Mais à quoi ressembleraient ces trois chambres si cette réduction était adoptée ? Voici la réponse dans notre article.





19h14 : L'idée d'instaurer une part de proportionnelle pour élire les parlementaires ne fait pas consensus chez toutes les forces politiques. Virginie Duby-Muller, députée LR, s'y oppose.

19h09 : "Monsieur le Président, conduire une politique et de gauche et de droite, c'est conduire une politique sans choix." Voici maintenant la réaction d'Olivier Faure, le chef de file des députés PS, au discours d'Emmanuel Macron.


(LCP / FRANCEINFO)

19h00 : Journaliste: Mr Macron, plutôt pain au chocolat ou chocolatine ?Macron:

19h01 : A l'inverse, si vous avez suivi le discours d'Emmanuel Macron - et que vous êtes ennuyé devant votre télévision - nous vous avons concocté une petite sélection de tweets pour vous redonner le sourire.

18h59 : Si vous avez raté le (très long) discours d'Emmanuel Macron devant les parlementaires, vous pouvez le regarder en intégralité, ici.





18h49 : "Nous, nous allons résister, nous allons aussi être en harmonie avec le mouvement social." C'est à l'extérieur que le communiste André Chassaigne a commenté le discours d'Emmanuel Macron. Comme les autres députés communistes, il a refusé d'assister au discours et a manifesté devant le château de Versailles.

(FRANCEINFO / LCP)

18h54 : "Vous n'avez pas trop de députés, vous n'avez pas trop de communes, au contraire vous n'en avez pas assez. Ne cédez pas à la démagogie antiparlementaire."

18h41 : "C'est une situation qui est celle de la monarchie, rien d'autre."

18h50 :

"Nous n'y sommes pas allés parce que nous avons complètement compris le message (...) L'ordre républicain aurait voulu que d'abord le Premier ministre parle, puis que les députés votent et ensuite que le président s'exprime, s'il y tient."

18h37 : Les militants de La France insoumise ont été invités à se rendre sur la place de la République à Paris, pour exprimer leur opposition au "coup de force d'Emmanuel Macron au Congrès". Jean-Luc Mélenchon prend en ce moment à la parole.

18h23 : "Si c'est 10%, c'est scandaleux. C'est une aumône." Après l'annonce d'Emmanuel Macron d'instaurer une part de proportionnelle au parlement, Marine Le Pen a réclamé un minimum d'au moins 50%.



18h16 : Notre president oublie d'evoquer les abstentions a un niveau jamais atteint qui ont marquees les dernieres elections. Poirquoi ne cherche-t-il pas a rassembler aussi ces francais qui n'ont pas juge utile de se deplacer pour voter ?

18h15 : Encore une fois Macron exprime devant nous sa "pensée complexe" incomprehensible pour "les gens qui ne sont rien" #Congrès

18h15 : Tres bien de réduire le nombre de parlementaires. On a une assemblée pléthorique, plus imposante que l'allemande!

18h15 : c'est un bon début la diminution des parlementaires et sénateurs Bravo

18h15 : Très bien. Moins de parlementaires, moins de frais et donc quelques économies.

18h08 : Il est 18 heures, voici le point sur l'actualité :

Le champion du monde slovaque Peter Sagan (Bora) a remporté la troisième étape du Tour de France, sur les hauteurs de Longwy (Meurthe-et-Moselle). Le Britannique Geraint Thomas (Sky) a gardé le maillot jaune de leader après cette étape qui marque l'entrée en France de cette 104e édition.

• Emmanuel Macron a promis à la tribune du Congrès, à Versailles, de répondre à "l'impatience" des Français par un "changement profond", symbolisé par plusieurs réformes institutionnelles comme la "réduction d'un tiers" du nombre de parlementaires ou l'introduction d'une "dose de proportionnelle". Voici ce qu'il faut retenir de son allocution.

• Il menaçait de tuer Emmanuel Macron le 14-Juillet : un homme de 23 ans proche de l'idéologie d'extrême droite qui voulait s'attaquer au président lors du défilé militaire de la fête nationale a été mis en examen et écroué.

• Un car de touristes a brûlé dans un accident en Bavière, faisant 18 morts piégés par les flammes et 30 blessés. "Onze corps ont déjà été dégagés" et les enquêteurs "s'efforcent de retrouver les restes" des sept autres personnes portées disparues et de les identifier, a annoncé à la mi-journée le ministre des Transports allemand.

17h58 : Voilà les chiffres concernant la réduction du nombre de parlementaires dans les chambres.

17h59 : Un internaute a calculé la réduction effective du nombre de parlementaires, si les assemblées sont réduites d'un tiers, comme l'a annoncé Emmanuel Macron. Il n'y aurait "plus" que 385 députés environ, et 232 sénateurs. Merci @Neku :).

17h21 : Pour Olivier Faure, "on a parlé de tout sauf de ce qui intéresse les Francais : le pouvoir d'achat, l'emploi". #CongrèsVersailles

17h20 : @ECiotti juge le discours de #Macron "assez creux, un peu pompeux et passablement ennuyeux" #CongrèsDeVersailles

17h20 : Notre journaliste Sophie Brunn est à Versailles et recueille les réactions de parlementaires.

17h20 : "Le président jupitérien a failli laisser la place à Somnus, le dieu du sommeil tant son discours était trop long. Emmanuel Macron n'a rien annoncé, aucun droit nouveau pour les Français, par exemple sur la prise en compte du vote blanc. Rien."

Interrogé sur notre antenne, le député FI a décrit un "discours roboratif et ennuyeux".

17h06 : "J'ai l'impression que le président est encore en campagne électorale. Nous n'en savons pas plus en sortant qu'en entrant. Ce flou commence à devenir assez inquiétant.", a déclaré Marine Le Pen, à la sortie du Congrès, à Versailles.

17h03 : Réaction au discours d'E.Macron devant le #Congrès. #CongresVersailles - https://t.co/NTJfR4x2vR

17h04 : "Interminable pluie de truismes à Versailles." Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a réagi sur Facebook à l'allocution d'Emmanuel Macron.

16h36 : "L'Europe, l'Europe, c'est nous", a déclaré Emmanuel Macron.


16h33 : Le discours d'Emmanuel Macron devant le Congrès est terminé. Le président est applaudi par les parlementaires qui commencent à quitter l'Hémicycle.

16h29 : Emmanuel Macron souhaite la suppression de la Cour de Justice de la République, estimant que "les ministres doivent devenir comptables des actes accomplis dans leurs fonctions ordinaires". Mais il ne donne pas d'alternative. Le chef de l'Etat estime seulement "qu'il faudra trouver la bonne organisation". "Mais nos concitoyens ne comprennent plus pourquoi seuls les ministres pourraient encore disposer d'une juridiction d'exception."

16h28 : Mais alors qui va juger les ministres ! Le droit commun ?

16h26 : "Il faut bien entendu reconnaître la part essentielle de nos services publics et de tous nos fonctionnaires (...) Mais protéger les plus faibles, ce n'est pas les transformer en mineurs incapables."




(ERIC FEFERBERG / AFP)



16h21 : Macron laisse donc Le sale boulot à son Premier ministre et l'annonce de mesures douloureuses. La Ve a encore de l'… https://t.co/3TWsJwDj4P

16h22 : "La France n'est pas un pays qui se réforme... Pardon, monsieur le Premier ministre", affirme le chef de l'Etat. Pour le rédacteur en chef de Paris Match, c'est à Edouard Philippe d'aller au front.

16h19 : "Il faut mener une action efficace et humaine qui nous permette d'accueillir les réfugiés politiques, sans les confondre avec les migrants économiques et abandonner l'indispensable maîtrise de nos frontières. Nous avons besoin d'une Europe plus forte et refondée."

16h16 : Après la réforme voulue par Emmanuel #Macron il y aurait donc 380 députés et 214 sénateurs. #CongresVersailles

16h16 : Réduire d'un tiers le nombre de parlementaires, ça donnerait quoi ? Un journaliste de France 2 a fait les comptes.

16h12 : "C'est bien l'ombre de la guerre qui à chaque nouvelle crise se profile (...) les affirmations de puissance reviennent ou émergent(..) les guerres régionales atteignent des degrés nouveaux de barbarie. Les alliances d'hier s'effritent. L'espace cybernétique propage et amplifie."

16h09 : Moi, après une heure d'écoute de pensée complexe #CongresVersailles #PenseeComplexe

16h09 : un journaliste du Lab plaisante sur "la pensée complexe" d'Emmanuel Macron, référence à une réflexion d'un de ses collaborateurs.

16h11 : "Redonner sa place à l'intelligence française, c'est faire de notre pays le centre d'un nouveau projet humaniste pour le monde."

16h05 : Non, pas pour le moment et pas en présence d'Emmanuel Macron. Onze parlementaires prendront la parole après son intervention.

16h05 : Les parlementaires ont le droit de réagir ?

16h05 : "Redonner du sens, savoir qui nous sommes, pourquoi nous sommes là, ce qui nous tient. Ne rien céder à la lèpre du moment."

16h04 : Vu le discours de politique générale que livre Macron, demain Edouard Philippe n'aura plus qu'à détailler les horaires de la cantine.