Déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas : le parquet ouvre une enquête préliminaire pour favoritisme

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel, sur un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas, en janvier 2016, a révélé France Inter, mardi.

Emmanuel Macron au Consumer electronic show de Las Vegas, le 7 janvier 2016.
Emmanuel Macron au Consumer electronic show de Las Vegas, le 7 janvier 2016. (ROBYN BECK / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel a été ouverte, lundi 13 mars, par le parquet de Paris, sur un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas, lorsqu'il était encore ministre de l'Économie, révèle France Inter, mardi 14 mars.

L'enquête porte sur la soirée de la "French Tech Night" du 6 janvier 2016, lors de laquelle Emmanuel Macron avait rencontré des entrepreneurs français aux États-Unis. Cette soirée, organisée par Havas pour 380 000 euros, n'avait pas fait l'objet d'un appel d'offre, avait révélé le Canard Enchaîné.

À ce stade, selon les informations de France Inter, le candidat d'En Marche n'est pas directement visé. Dans le camp d'Emmanuel Macron, on estime que cette enquête "concerne Business France et Havas". L'enquête a été confiée à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales. Elle devra déterminer si l'organisme de promotion des entreprises françaises à l'étranger Business France pouvait se dispenser d'un appel d'offre pour confier l'organisation de cette soirée à Havas.

L'équipe d'Emmanuel Macron réagi

Dans un communiqué publié, mardi soir, l'équipe de campagne d'Emmanuel Macron souligne "qu'en aucun cas cette enquête ne vise Emmanuel Macron, ni au aucun membre de son cabinet", l'agence Business France ayant "elle-même affirmé qu'elle était seule responsable de l'organisation de cet événement".

"En Marche ! n'hésitera pas à engager des actions judiciaires contre toute personnes insinuant qu'Emmanuel Macron pourrait avoir une responsabilité personnelle quelconque dans les décisions ayant approuvé cette commande", ajoute le communiqué.