Conseillère, intermédiaire, premier soutien… Quel rôle Brigitte Macron a-t-elle joué dans la campagne de son mari ?

On l'a beaucoup vue au premier rang des meetings ou même sur scène aux côtés d'Emmanuel Macron le soir de sa qualification au second tour. Franceinfo se penche sur le rôle joué par Brigitte Macron durant cette campagne présidentielle.

Brigitte Macron au côté de son mari, peu après l\'annonce des résultats du premier tour de l\'élection présidentielle, le 23 avril 2017 à Paris.
Brigitte Macron au côté de son mari, peu après l'annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril 2017 à Paris. (DENIS ALLARD / REA)
avatar
Sophie BrunnFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Elle est "la part non négociable" d'Emmanuel Macron. Dimanche 23 avril, vers 22 heures, il l'a d'ailleurs fait monter sur scène à ses côtés, avant de prendre la parole devant ses supporters réunis porte de Versailles pour fêter sa qualification au second tour de l'élection présidentielle. Durant toute la campagne, Brigitte Macron a occupé une place singulière auprès de son mari. "Fan" du candidat, elle s'est aussi permis de lui parler franchement. Après la victoire d'Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, elle est va désormais devenir la Première dame de France.

A ceux qui assurent que c'est elle qui souhaitait qu'il se lance aussi rapidement, elle répond par une pirouette. "Il faut qu’Emmanuel réussisse maintenant. Vous imaginez la tête que j’aurai en 2022 ?" plaisante-t-elle auprès des journalistes Caroline Derrien et Candice Nedelec dans le livre Les Macron, assumant les vingt-quatre ans qui la séparent de son mari. Brigitte Macron n'hésite pas non plus à tancer son époux : "Il y a des jours où j'ai l'impression de vivre avec Jeanne d'Arc", confiait-elle en privé à Paris Match, à l'automne dernier. Quel rôle a-t-elle tenu durant la campagne  ? 

Elle surveille son agenda

A Bercy déjà, lorsque son mari est ministre de l'Economie, Brigitte Macron participe aux réunions d'agenda. Une fois le mouvement En marche ! mis sur les rails, la femme du candidat continue de surveiller attentivement son emploi du temps. Sa préoccupation : le laisser souffler de temps à autre, ne pas le surcharger. "Elle est vigilante. D'une certaine façon, elle est là pour 'protéger' le candidat", explique Stéphane Travert, député PS rallié à En marche !. Car lorsqu'on brigue le suffrage des électeurs, l'agenda revêt évidemment un aspect très politique.

Elle veille au grain sur l'endurance physique d'Emmanuel. Elle doit aussi gérer des choses plus personnelles, c'est normal qu'elle ne soit pas au courant au dernier moment.

Stéphane Travert, député PS proche d'Emmanuel Macron

à franceinfo

A l'initiative de Brigitte Macron, le couple dîne aussi avec de nombreux artistes, comédiens, people – aussi bien lorsqu'il était à Bercy que pendant la campagne. Les comédiens Line Renaud ou Pierre Arditi, la chanteuse Dani, l'animateur Bernard Montiel… Un bon moyen de se constituer un réseau et un carnet d'adresses, comme on a pu le voir lors du grand meeting de Bercy le 17 avril, ou au soir du premier tour, lors de la petite fête organisée au restaurant La Rotonde, à Paris.

Elle corrige ses discours

La scène est filmée dans le documentaire Macron, la stratégie du météore, de Pierre Hurel, et se passe le 12 juillet 2016, dans la salle de la Mutualité, à Paris. Toujours au gouvernement, et pas encore candidat, Emmanuel Macron y tient son premier meeting.

Le ministre de l'Economie répète : il évolue sur scène, teste les prompteurs, déclame son texte. Brigitte Macron l'écoute, assise au premier rang. Elle se lève et le conseille, gentiment mais fermement. "Ta voix tombe, fais monter ta voix !" On ne peut s'empêcher d'imaginer presque la même scène, plus de vingt ans auparavant, quand Emmanuel Macron, alors lycéen, répétait une pièce de théâtre devant Brigitte Auzière…

Et il n'y a pas que le placement de la voix qui intéresse Brigitte Macron. Dans une autre scène filmée par Pierre Hurel, au milieu des jeunes conseillers du ministre, elle s'inquiète aussi des transitions mal écrites, ou suggère des coupes dans le texte.

"Qu'est-ce qu'il y a chérie, il y a des trucs trop longs ?"

– Oui. Ah oui oui oui ! On est parti pour une heure et demie, c'est pas possible !

– Qu'est-ce que tu penses qu'on peut raccourcir un peu ?"

"Elle a forcément joué un rôle intellectuel important, estime un proche du candidat, notamment sur la forme des discours. C'est une littéraire haut de gamme. C'est une question de références et de capacité d'argumentation, j'imagine qu'il y a entre eux un dialogue assez riche sur la manière de dire les choses, de choisir les thèmes…"

Elle joue les intermédiaires

C'est le sénateur socialiste François Patriat, soutien de la première heure d'Emmanuel Macron, qui l'explique. "Je n'aime pas trop ennuyer directement Emmanuel. Mais si je veux vraiment qu'il reçoive le message, je passe par Brigitte. Si j'alerte le cabinet sur un dossier et que je n'ai pas de retour, je la sollicite." Et dans ce rôle d'intermédiaire, Brigitte Macron excelle.

Tous ceux qui la côtoient à En marche ! louent "son empathie, sa générosité, son écoute". Le sénateur Les Républicains Jean-Baptiste Lemoyne, qui a rejoint En marche ! en mars après les déboires judiciaires de François Fillon, est déjà sous le charme : "Elle est toujours là pour faire le liant avec le sourire, elle est très prévenante, très accueillante."

Elle joue déjà aux premières dames

D'après L'Express, la société civile aussi tente d'accéder à Emmanuel Macron par l'intermédiaire de son épouse. Parallèlement aux déplacements du candidat, Brigitte Macron a d'ailleurs parfois son propre agenda, un peu à la manière d'une première dame. A Carpentras (Vaucluse), alors qu'Emmanuel Macron présente ses mesures pour la sécurité le 17 février, elle rencontre des associations de femmes. Une semaine plus tard, elle vient visiter le campus des métiers de Bobigny (Seine-Saint-Denis), dirigé par Patrick Toulmet, soutien d'Emmanuel Macron. Brigitte Macron est venue y visiter les ateliers de pâtisserie, boulangerie, cordonnerie… "Elle se baladait avec son plateau au self, tout le monde était étonné", raconte Patrick Toulmet qui, comme Brigitte, se classe parmi les "fans" du candidat.

A l'automne dernier, elle a aussi accompagné son mari, sans la presse, dans un foyer pour personnes autistes du Val-d'Oise.

Je l'accompagne seulement lorsque je peux aller voir des associations de mon côté.

Brigitte Macron

dans "Le Couloir de Madame", d'Alix Bouilhaguet

Pour François Patriat, elle permet aussi de faire le filtre. "Elle est très chaleureuse, mais aussi très pertinente et clairvoyante, explique-t-il. Elle ne se laisse pas impressionner par les courtisans, les flatteurs et les pseudo-savants."

Elle est sa plus proche conseillère

"C'est un couple fusionnel", décrivent tous ceux que l'on interroge. "On sent qu'ils ont besoin l'un de l'autre", dit un député, qui ajoute : "Ils sont indissociables, c'est comme cela que ça fonctionne et personne n'oserait dire quoi que ce soit." Un ami de la famille Trogneux – le nom de naissance de Brigitte – voit les choses ainsi : "Ils ont une relation passionnelle, mais aussi très intellectuelle. Ils sont toujours à avoir des discussions, ils sont tout le temps comme en émulsion, elle est son stimulus sur plein de choses, y compris sur cette campagne."

Leur proximité, volontairement étalée à longueur de unes de magazines, s'est en effet poursuivie sur le plan politique. Avant même de lancer En marche !, lorsqu'Emmanuel Macron réunit ses proches dans les appartements privés de Bercy, elle est aux premières loges. "Quand on parlait vraiment politique entre nous, elle était là. Elle pouvait intervenir pour donner un conseil sur le livre d'Emmanuel, ou suggérer un déplacement de terrain", raconte un participant.

Elle lui parle franchement, elle amène de la tempérance. Elle est là pour dire les choses qui vont ou ne vont pas. Il l'écoute et c'est normal.

Un soutien d'Emmanuel Macron

à franceinfo

Chaque soir, Brigitte Macron "débriefe" d'ailleurs la journée avec son mari. Elle l'explique dans le livre Le Couloir de Madame, au moment de la présentation tant attendue du programme d'Emmanuel Macron à la presse. "Je sais que ce soir, ça va débriefer à mort. II va me dire : 'Qu'est-ce que tu as aimé ? Qu'est-ce que tu n'as pas aimé ? Est-ce que tu as reçu des appels ?'. Car après, les gens me téléphonent pour me donner leur point de vue. Je suis un peu une éponge. Moi je trouve ça plus sympa que de vivre disjoints. J'aurais du mal à vivre ça autrement. C'est notre mode de fonctionnement à tous les deux."