Elections partielles : entre 2012 et 2016, l'impressionnante dégringolade du PS

Le Parti socialiste voit son nombre d'électeurs divisé par quatre dans l'Aisne, par cinq dans les Yvelines, et par six dans le Nord, après les scrutins qui se sont tenus dimanche.

Un bureau de vote à Saint-Quentin (Aisne), le 13 mars 2016.
Un bureau de vote à Saint-Quentin (Aisne), le 13 mars 2016. (HERISSE GAEL / MAXPPP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les élections législatives partielles se suivent et se ressemblent pour le Parti socialiste. Après avoir perdu la quasi-totalité de la quinzaine de scrutins organisés depuis 2012, la gauche sort laminée du premier tour des trois élections qui se sont tenues dimanche 13 mars.

Ces trois scrutins, dont le second tour se tiendra dimanche 20 mars, visent à remplacer à l'Assemblée trois députés des Républicains démissionnaires : Gérald Darmanin dans le Nord, Xavier Bertrand dans l'Aisne et Valérie Pécresse dans les Yvelines.

Comme souvent lors d'élections partielles, la participation a été très faible, environ deux fois moindre que lors des élections de 2012. D'un scrutin à l'autre, tous les partis perdent donc des voix, mais dans des proportions différentes. C'est le Parti socialiste qui subit le plus fort recul : son nombre d'électeurs est divisé par quatre dans l'Aisne, par cinq dans les Yvelines et par six dans le Nord.

Environ deux fois moins de votants qu'en 2012

Dans le Nord, le PS laminé

C'est dans la 10e circonscription du Nord que l'effondrement du PS est le plus flagrant. Là où, en 2012, Zina Dahmani virait en tête du premier tour avec 30,77% des suffrages, le candidat socialiste de 2016, Alain Mezrag, n'obtient qu'un piètre 11,24%. En quatre ans, 9 611 voix qui s'étaient portées sur le PS en 2012 ont été perdues. En face, les Républicains et le Front national résistent beaucoup mieux, malgré la baisse de participation.

Dans l'Aisne, un FN qui se maintient

En 2012, la socialiste Anne Ferreira avait été battue de justesse par Xavier Bertrand au second tour des législatives dans la 2e circonscription de l'Aisne. Quatre ans plus tard, la même Anne Ferreira n'a pas réussi à se qualifier pour le second tour, doublée par la frontiste Sylvie Saillard. Entre les deux scrutins, le Front national est le seul parti à s'être maintenu en nombre de voix, bien que les électeurs se soient beaucoup moins déplacés aux urnes. 

Dans les Yvelines, seule la droite résiste

La 2e circonscription des Yvelines sera la seule où le PS alignera un représentant dimanche prochain. Et ce malgré le score famélique de 12,98% du Parti socialiste. Un rôle de figuration face au candidat des Républicains, Pascal Thévenot, qui a obtenu plus de 46% des voix. Peu ou prou le même score que celui obtenu en 2012 par Valérie Pécresse. Mais à l'époque, le PS avait dépassé la barre des 30%...