Départ de Laurent Fabius : remaniement en vue

Le départ de Laurent Fabius du ministère des Affaires Etrangères ouvre officiellement la voie à un remaniement au sein du gouvernement Valls. Les propositions vont bon train.

(Le départ de Laurent Fabius du gouvernement ouvre la voie à un remaniement © REUTERS/Charles Platiau)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Après le départ de Laurent Fabius du Quai d'Orsay, se pose désormais la question de son remplacement. Si le départ du ministre des Affaires Etrangères était attendu, il n'y a pour l'heure aucune certitude sur le nom de son successeur.

Plusieurs noms circulent : celui de la favorite, Ségolène Royal, très souriante à la sortie du conseil des ministres, celui de Jean-Marc Ayrault, qui accepterait alors de devenir le ministre de celui qui l'a bouté hors de Matignon, ou encore celui de Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Les yeux sont aussi braqués sur la jeune garde, incarnée par le secrétaire d'Etat Matthias Fekl. 

A LIRE AUSSI ►►►Laurent Fabius confirme qu'il quitte le gouvernement

Autre question : celle du remplacement de Sylvia Pinel. Elle quitte le Logement pour prendre la vice-présidence de sa région. Alors quel jeu de chaises musicales ? Et quel sens politique ? "Il doit y en avoir un ", dit en privé François Hollande, et ce doit être "l'élargissement ". 

Un élargissement aux écologistes ? Nicolas Hulot a dit non, mais Emmanuelle Cosse, elle, semble intéressée, au prix d'une crise au sein d'Europe Ecologie Les Verts.

"Devenir ministre à 14 mois de la présidentielle, c'est être là pour éteindre la lumière"

Tout circule : Martine Aubry au Quai d'Orsay, disait la rumeur, mais elle a démenti. Emmanuel Macron sanctionné après sa critique de la déchéance :  là, c’est vraiment du roman.

Sachant que "devenir ministre à 14 mois de la présidentielle, c'est être là pour éteindre la lumière " - jolie formule d’un parlementaire - il n'est pas sûr, en effet, qu'il y ait tant de volontaires que ça, pour ce remaniement qui ne passionne pas les Français, mais obnubile les politiques et leurs observateurs.

A LIRE AUSSI ►►► François Hollande propose Laurent Fabius à la tête du Conseil constitutionnel