Delphine Batho, la ministre de l'Ecologie, évincée du gouvernement

La ministre de l'Ecologie avait jugé que le budget préparé pour 2014 était "mauvais". Le président a mis fin à ses fonctions.

La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en septembre 2012 au Conseil économique et social.
La ministre de l'Ecologie, Delphine Batho, et le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en septembre 2012 au Conseil économique et social. (JACKY NAEGELEN / AFP)

Mis à jour le , publié le

C'est la première sanction infligée à un ministre de François Hollande. La ministre de l'Ecologie, qui a jugé "mauvais" le budget préparé pour 2014, ce matin sur RTL, a été remerciée par François Hollande, mardi 2 juillet. "Sur proposition du Premier ministre, le président de la République a mis fin aux fonctions de Madame Delphine Batho et a nommé Monsieur Philippe Martin, ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie", indique le communiqué.

Interrogée ce matin à propos de la baisse de 7% des crédits envisagée pour son ministère, Delphine Batho a estimé qu'il fallait au contraire soutenir l'écologie : "Je souhaite que dans les jours qui viennent, nous puissions faire la démonstration que la volonté de faire de la France la nation de l'excellence environnementale, la transition énergétique, ne sont pas des variables d'ajustement."

Voir la vidéo
RTL

L'Ecologie, un ministère maudit ?

Immédiatement après cette déclaration, Jean-Marc Ayrault a décroché son téléphone, rapporte Le Canard Enchaîné. Selon l'hebdomadaire, le Premier ministre n'a pas apprécié qu'elle dénonce publiquement un budget qu'elle n'avait pas contesté devant le ministre du Budget, Bernard Cazeneuve.

Puis, c'est le président de la République qui l'a appelé. Selon l'entourage de François Hollande, ce dernier l'a appelé pour lui demander de retirer "ses propos trop graves car en rupture avec la solidarité gouvernementale". Mais la ministre a souhaité "les maintenir". Delphine Batho a ensuite été convoquée à Matignon. Pour enfoncer le clou, les services de Jean-Marc Ayrault ont fait connaître cette décision sur Twitter avec le compte officiel de Matignon.

C'est la première fois, sous le quinquennat Hollande, qu'une ministre est remerciée pour ses propos critiques vis-à-vis du gouvernement. Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, qui, à plusieurs reprises, a marqué sa différence avec le chef du gouvernement, n'a jamais été recadré publiquement. Le seul précédent comparable est l'éviction de la prédécesseur de Delphine Batho, Nicole Bricq, débarquée pour son opposition aux forages pétroliers en Guyane. Mais cette dernière avait été recasée immédiatement au ministère du Commerce extérieur.