VIDEO. Mea culpa de Cazeneuve sur la perquisition contre des maraîchers bio en Dordogne

Le ministre de l'Intérieur est intervenu ce lundi, lors des débats sur la révision constitutionnelle, pour exprimer son mea culpa sur certaines "perquisitions inappropriées"

Voir la vidéo
LCP / FRANCETV INFO
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

L’état d’urgence décidé par le président de la République suite aux attentats du 13 novembre, a donné lieu à de nombreuses assignations à résidence et perquisitions administratives, plus de 3 000, notamment chez un couple de maraîchers bio en Dordogne. Cette perquisition sur le canton de Verteillac avait fait polémique. Une dizaine de gendarmes avaient débarqué au domicile d'Élodie et Julien pour réaliser, au nom de l'état d'urgence, une perquisition ordonnée par le préfet Christophe Bay.

Des "perquisitions inappropriées"

Le ministre de l'Intérieur est intervenu ce lundi, lors des débats sur la révision constitutionnelle, pour exprimer son mea culpa sur certaines "perquisitions inappropriées". "Il peut y avoir des manquements ou des erreurs, et ne pas les reconnaître devant la représentation nationale quand on a l'exigence de voir les choses se passer dans un respect scrupuleux du droit, ne serait pas un témoignage d'attachement au principe républicain qui guide le ministère de l'Intérieur" a dit Bernard Cazeneuve devant les députés

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale le 6 octobre 2015
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale le 6 octobre 2015 (CITIZENSIDE/ YANN KORBI / AFP)