VIDEO. Manuel Valls : "La déchéance de nationalité fait partie intégrante de la République"

Le Premier ministre a pris la parole devant l'Assemblée nationale pour défendre le projet de révision de la Constitution.

Voir la vidéo
FRANCETV INFO

Mis à jour le , publié le

Un hémicycle clairsemé pour un texte fondamental. Le Premier ministre Manuel Valls a pris la parole, vendredi 5 février, pour défendre le projet de révision constitutionnelle et l'article controversé sur la déchéance de nationalité. "La déchéance de nationalité fait partie intégrante de la République", a-t-il lancé, avant d'énumérer les différents cas où la France a recouru à cette sanction, dans son histoire républicaine.

Il a conclu ainsi cette envolée : "La déchéance de la nationalité est une réponse collective des Français vis-à-vis d'autres Français qui brisent le pacte républicain". Le texte très controversé, à gauche, comme a droite, sur la déchéance de nationalité est ainsi rédigé : "Peut être déchue de la nationalité française ou des droits attachés à celle-ci lorsqu’elle est condamnée pour un crime ou un délit."

Moins de trois mois après les sanglants attentats de Paris, la révision de la Constitution voulue par le président François Hollande arrive, vendredi 5 février, en débat au Parlement. Après des semaines de polémiques, la question de la déchéance de la nationalité est au cœur de la discussion parlementaire.

Le Premier ministre, Manuel Valls, s'adresse aux députés le 5 février 2016 à l'Assemblée, lors du débat sur le projet de révision constitutionnelle.
Le Premier ministre, Manuel Valls, s'adresse aux députés le 5 février 2016 à l'Assemblée, lors du débat sur le projet de révision constitutionnelle. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)