"La France ne peut pas créer d'apatrides" : Manuel Valls s'oppose à l'extension de la déchéance de nationalité à tous les Français

Le Premier ministre l'a déclaré mercredi, dans un entretien avec BFMTV.

Le Premier ministre Manuel Valls, le 5 janvier 2016 au palais de l'Elysée, à Paris.
Le Premier ministre Manuel Valls, le 5 janvier 2016 au palais de l'Elysée, à Paris. (MAXPPP)

Mis à jour le , publié le

Le gouvernement s'opposera à l'extension de la déchéance de nationalité aux Français n'ayant qu'une seule nationalité. Manuel Valls l'a annoncé mercredi 6 janvier lors d'un entretien accordé à la chaîne BFMTV, au motif que la "France ne peut pas créer d'apatrides"

"Cela ne serait pas conforme aux valeurs de la France"

"Il y a une condition qui doit être très claire : la France ne peut pas créer des apatrides, c'est-à-dire des personnes sans nationalité", a déclaré le Premier ministre depuis Matignon. "Cela n'est pas possible. Cela ne serait pas conforme à l'image, ni aux valeurs, ni surtout aux engagements internationaux de la France. C'est pour ça que nous n'avions pas retenu l'idée de pouvoir déchoir tous les Français de leur nationalité. Je veux être là-dessus extrêmement clair", a-t-il poursuivi.

Sa majorité s'était pourtant exprimée en faveur d'une telle mesure. L'idée d'une déchéance de nationalité pour "tous les terroristes" condamnés réunit plus "largement" les députés socialistes que celle, décriée à gauche, visant les seuls binationaux, avait ainsi déclaré mardi le président du groupe PS à l'Assemblée nationale Bruno Le Roux.