Déchéance de nationalité : François Hollande jette l'éponge

Le chef de l'État a annoncé ce mercredi 30 mars, à la sortie du Conseil des ministres, renoncer à la très controversée déchéance de nationalité.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Mis à jour le , publié le

François Hollande a décidé ce mercredi 30 mars de renoncer à la révision constitutionnelle. "J'ai décidé, après m'être entretenu avec les présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat, de clore le débat constitutionnel", a déclaré le chef de l'État dans une déclaration solennelle. Le président de la République s'en prend à l'opposition : "Je constate aussi qu'une partie de l'opposition est hostile à toute révision constitutionnelle. Je déplore profondément cette attitude". Ce matin, le Parti socialiste admet un échec et admet que la droite a refusé l'union nationale.

Quatre mois de controverse

La droite elle accuse l'exécutif. "Il a créé les conditions de l'échec. J'avais dit en allant le voir que Les Républicains étaient décidés à voter la déchéance de nationalité pour les binationaux", a déclaré ce mercredi Nicolas Sarkozy. C'est la fin de quatre mois de controverse depuis le 16 novembre et le discours de François Hollande à Versailles devant tous les parlementaires. En renonçant au Congrès, François Hollande n'inscrira ni la déchéance de nationalité, ni l'état d'urgence dans la constitution.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président de la République, François Hollande, s'exprime à l'Elysée, le 30 mars 2016.
Le président de la République, François Hollande, s'exprime à l'Elysée, le 30 mars 2016. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)