Abandon de la déchéance de nationalité : "Nous revoilà libres ensemble", réagit Christiane Taubira

L'ex-ministre de la Justice, qui avait démissionné à cause du contenu de la réforme constitutionnelle, se félicite de son enterrement.

L'ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, le 29 janvier 2016 à New York.
L'ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, le 29 janvier 2016 à New York. (JEWEL SAMAD / AFP)

Mis à jour le , publié le

C'est la réforme à cause de laquelle elle avait claqué la porte du gouvernement, fin janvier. Quelques heures après l'enterrement par François Hollande du texte constitutionnel sur la déchéance de nationalité, Christiane Taubira a réagi, mercredi 30 mars, dans un message posté sur sa page Facebook.

"Certaines causes portent en elles l'épreuve de vérité sur ce que valent les valeurs qui nous relient", est titré le message, écrit dans le style toujours très lyrique cher à l'ancienne ministre. "Maintenant que se ferme la parenthèse d'un douloureux égarement, que la Constitution va demeurer la résidence de nos valeurs (...), maintenant que la Loi fondamentale redevient le cadre de notre appartenance, nous revoilà libres ensemble", écrit l'ex-Garde des Sceaux.

"Renouer avec la politique, la gauche et ce qui fait la force de la France"

Christiane Taubira, qui avait publié l'ouvrage Murmures à la jeunesse immédiatement après sa démission pour expliquer son rejet de la déchéance de nationalité, juge désormais pouvoir "renouer avec la Politique", "renouer avec la Gauche" et "renouer aussi avec ce qui fait la force de la France".

"Les désordres et chaos, que nous devons prendre très au sérieux dans leurs effets et dans leurs causes, ne doivent pas nous rendre impotents", poursuit-elle. Christiane Taubira conclut en affirmant que le peuple "attend d'entendre non ce que dictent ceux qui piaffent de nous anéantir, mais ce que nous avons à dire de l'avenir tel que nous le désirons puissamment, et tel que nous sommes en mesure de l'inventer".