Nicolas Sarkozy brocarde le non-cumul des mandats

Pour le président de l'UMP, "le cumul de deux mandats est l'assurance d'avoir des élus qui ont les pieds sur terre".

Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP, le 13 décembre 2014 au siège du parti, à Paris.
Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP, le 13 décembre 2014 au siège du parti, à Paris. (DOMINIQUE FAGET / AFP)
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

"On ne peut pas, d'un côté, exiger, à juste titre, que les élus aient le sens des réalités, et de l'autre, les priver d'un lien avec les problématiques quotidiennes des Français." Dans une interview au Bulletin des élus locaux de décembre, Nicolas Sarkozy estime qu'en interdisant le cumul des mandats, on prend "le risque de créer une Assemblée hors-sol, désincarnée, constituée de spécialistes de la loi coupés des réalités".

Dans ce bulletin publié en début de semaine, l'ancien chef de l'Etat affirme qu'au contraire, "le cumul de deux mandats est l'assurance d'avoir des élus qui ont les pieds sur terre". "Quand on est maire, on doit traiter des questions de sécurité, de chômage, de logement, d'école. On est face au réel tous les jours. Cela aide considérablement pour légiférer au niveau national", explique-t-il.

Le non-cumul "aggrave le fossé entre Français et élus"

Cela "ne ferait qu'aggraver le fossé qui existe entre les Français et leurs élus", dénonce le président de l'UMP, en faisant également remarquer que "le non-cumul des mandats, c'est aussi l'augmentation du nombre d'élus. Or, ce que veulent les Français, c'est sa diminution."

La loi sur le non-cumul des mandats entrera en vigueur en 2017. Elle interdit le cumul de fonctions exécutives locales, notamment celle de maire, avec un mandat de député ou de sénateur.