Député, il s'arrête après un seul mandat : "La politique, ce n'est pas une rente"

A seulement 38 ans, Laurent Grandguillaume fait partie des benjamins de l'Assemblée nationale. Pourtant, après un seul mandat, cet élu socialiste a décidé de ne pas se représenter. Il explique pourquoi à franceinfo.

Le député Laurent Grandguillaume lors d'une séance de questions au gouvernement, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, à Paris, le 22 juin 2016.
Le député Laurent Grandguillaume lors d'une séance de questions au gouvernement, dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, à Paris, le 22 juin 2016. (MAXPPP)
avatar
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

A 38 ans, Laurent Grandguillaume va retrouver les bancs de l'école. Avant de dire au revoir à l'hémicycle de l'Assemblée nationale dans quelques mois, le député socialiste de la Côte-d'Or suivra un master en management à partir du lundi 12 septembre. "Je vais préparer ma transition professionnelle, comme le font des millions de Français", explique l'élu à franceinfo.

Il a déjà démissionné du conseil municipal de Dijon. Et en juin prochain, il a décidé de quitter définitivement le Palais-Bourbon, après seulement un mandat. Une curiosité dans la vie politique française, où le cumul semble être un sport national : parmi ses collègues, Alain Bocquet, Henri Emmanuelli et François Asensi ont été élus députés pour la première fois... en 1978, il y a plus de trente ans. "Je n'ai pas de leçons à donner aux autres, mais je défends le non-cumul dans le temps, donc je me suis dit autant me l'appliquer à moi-même, argumente-t-il. Ça fait dix ans que je suis élu. Ce que je fais me passionne. J'ai travaillé sur le statut de l'autoentrepreneur, sur les VTC, sur une loi contre le chômage de longue durée... J'ai fait mon travail au maximum, mais être élu n'est pas une finalité en soi."

"Si on veut le renouvellement, il faut en passer par là"

En accédant à l'Assemblée en 2012, Laurent Grandguillaume avait déjà renoncé à son mandat de conseiller général et à sa fonction d'adjoint au maire de Dijon. "Certains m'ont dit que je devrais garder mes autres mandats pour rebondir en cas de défaite, raconte-t-il. Mais la politique, ce n'est pas une situation de rente. On demande aux Français de prendre des risques, il faut qu'on le fasse nous-mêmes."

La défiance est tellement forte dans la démocratie qu'il faut rénover nos institutions.

Laurent Grandguillaume, député

à franceinfo

Laurent Grandguillaume préconise de limiter les mandats à deux dans le temps. "Les Français savent qu'être élu est prenant, pas toujours facile, mais quand je discute avec eux, beaucoup ont l'impression de voir toujours les mêmes, estime-t-il. On n'a plus d'ouvriers parmi les élus nationaux, très peu d'employés. Si on veut renouveler et au moins diversifier la classe politique, il faut en passer par là." Le député aimerait bien voir "une jeune femme" lui succéder.

Il veut "casser les stéréotypes" sur la politique

L'élu assure que sa décision n'a rien à voir avec le quinquennat mouvementé qui vient de s'écouler. "Nous aurions peut-être pu faire mieux certaines choses, mais en tant que jeune parlementaire, j'ai réussi à porter ce que je voulais porter, assure-t-il. J'ai toujours soutenu François Hollande, même quand il était à 10% dans les sondages. Je considère que le travail a été fait." D'ailleurs, il pense rester actif au sein du PS : "S'il faut participer à des réunions, aller coller des affiches, je serai là."

Une fois qu'il aura passé la main, Laurent Grandguillaume souhaite "consacrer du temps aux jeunes qui veulent se lancer en politique, leur donner des conseils" et s'engager dans "des associations de lutte contre la pauvreté". "A terme, pourquoi ne pas créer une association qui puisse aider financièrement des micro-projets sociaux ?", s'interroge-t-il. En attendant, il publiera un livre, début octobre, "sur le fonctionnement de la politique". Objectif affiché : "Essayer d'expliquer comment ça marcher de l'intérieur pour casser aussi certains stéréotypes."