INFO FRANCE 2. Christiane Taubira publie un livre-réquisitoire contre la déchéance de nationalité, intitulé "Murmures à la jeunesse"

L'ouvrage a été écrit dans le plus grand secret. 

Christiane Taubira au Tribunal de grande instance de Paris, le 18 janvier 2016.
Christiane Taubira au Tribunal de grande instance de Paris, le 18 janvier 2016. (THOMAS SAMSON / AFP)

Mis à jour le , publié le

C'est un livre écrit dans le plus grand secret. Christiane Taubira, qui a démissionné du gouvernement mardi 26 janvier, sort lundi 1er février un essai intitulé Murmures à la jeunesse (Editions Philippe Rey)Quelques jours à peine après son coup d'éclat. Le thème de cet ouvrage résonne évidemment avec les raisons avancées pour expliquer son départ : il s'agit d'un long et flamboyant réquisitoire contre la déchéance de nationalité. L'ancienne Garde des Sceaux y écrit notamment : "Céder à la coulée d'angoisse et se laisser entraîner, au lieu d'endiguer, signe la fin du Politique et de la politique. Le glas. Plus fatal que l'hallali." 

Christiane Taubira y affirme aussi la nécessité de comprendre comment de jeunes Français peuvent basculer dans le terrorisme. "Oui, écrit-elle, il faut comprendre pour anticiper et aussi pour ramener du sens au monde. Que les cris des tyranneaux de la pensée cessent de tétaniser nos esprits. Sinon, par omission, nous aurons laissé s'installer de nouvelles frustrations grosses d'exaltations macabres, nous aurons arrosé le terreau où poussent ces contentieux passionnels…". Un autre ministre, Emmanuel Macron, pas exactement du même bord que Christiane Taubira, avait lui aussi parlé de "terreau" sur lequel le djihadisme pouvait prospérer, s'attirant les foudres de Manuel Valls pour qui "expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser." 

"Je ne suis sûre de rien, sauf de ne jamais trouver la paix si je m'avisais de bâillonner ma conscience"

Christiane Taubira fait aussi part de son inquiétude de modifier la Constitution alors que le Front National s'approche un peu plus à chaque élection du pouvoir. "Il est des choses trop inflammables pour s'en approcher sans méfiance avec deux silex à la main, écrit-elle. L'un des silex est cette déchéance de nationalité visant des Français de naissance binationaux, l'autre est la triste et possible capacité pour la cheffe d'un juteux négoce familial d'accéder au pouvoir suprême."

Nul doute que Christiane Taubira, à travers ces 94 pages, va de nouveau alimenter le débat médiatique... et les débats à l'Assemblée nationale, qui entame vendredi l'examen de la réforme constitutionnelle où sera inscrite la déchéance de nationalité.

Ce livre est aussi celui dans lequel Christiane Taubira exprime ses doutes et ses interrogations sur sa place au gouvernement. Tout au long du mois de janvier, elle a consulté des personnalités de gauche, notamment Anne Hidalgo et Pierre Joxe. Visiblement, au moment d'écrire ces pages, la Garde des sceaux n'avait pas encore tranché sur son maintien ou non au sein du gouvernement. "Je ne suis sûre de rien, écrit-elle. Le tourment m'habitera jusqu'à la tombe. L'inquiétude. L'intranquillité. Peut-être est-ce faire trop de bruit pour peu de chose. Peut-être serait-il plus raisonnable d'être raisonnable et de laisser passer. En convenir. S'en accomoder. Ne pas ajouter au trouble. (…) Ne vaut-il pas mieux alors un cri et une crise plutôt qu'un long et lent étiolement? Je ne suis sûre de rien, sauf de ne jamais trouver la paix si je m'avisais de bâillonner ma conscience."