En France, 39% des 15-16 ans disent avoir déjà consommé du cannabis.
En France, 39% des 15-16 ans disent avoir déjà consommé du cannabis. (DAVID SUTHERLAND / GETTY IMAGES)

SOCIETE - C'est une proposition que Jean-François Copé fait dans son livre-programme, Manifeste pour une droite décomplexée, et sur laquelle il est revenu dimanche 21 octobre dans l'émission "C Politique", sur France 5 : pour lutter contre la consommation de cannabis chez les jeunes, le candidat à la présidence de l'UMP propose d'instaurer des dépistages de consommation dans les collèges et les lycées. 

Un dispositif qui existe déjà dans d'autres pays européens. Selon une récente étude (PDF) menée par l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) - une agence qui dépend de l'Union européenne -, quatre pays pratiquent des dépistages occasionnels en milieu scolaire (la Belgique, le Royaume-Uni, l'Irlande et  la Hongrie), et quatre autres réalisent des tests réguliers (la Suède, la Norvège, la Finlande et la République tchèque). 

Des pays que Jean-François Copé souhaite prendre en exemple, en mettant en place des tests anonymes et aléatoires (sous forme de prise de sang ou de test salivaire), afin de "mieux renseigner les parents sur ce que peuvent être amenés à faire leurs enfants". "Car personne ne peut être totalement sûr que son enfant n'est pas sous l'emprise de la drogue", justifie-t-il dans "C Politique". 

1 jeune Français sur 4 fume régulièrement du cannabis

Les jeunes Français sont effectivement les plus gros fumeurs de cannabis en Europe. Selon l'enquête européenne Espad (European School Survey Project on Alcohol and Other Drugs) menée auprès de 100 000 jeunes européens de 15 et 16 ans, et publiée en mai 2012, 39% des jeunes Français de 15 et 16 ans disent avoir déjà consommé du cannabis au moins une fois, et 24% déclarent fumer régulièrement. 

Ces dépistages de consommation de cannabis en milieu scolaire, que Jean-François Copé aimerait voir en France, posent toutefois un problème : selon les experts de l'agence de l'Union européenne, lorsque ces tests sont faits "contre la volonté" de l'élève consommateur de cannabis, "la découverte de sa consommation par dépistage ne lui est pas bénéfique". Et ces mêmes experts de pointer en revanche "une atteinte à la vie privée des élèves, à la mission de l’école, à la relation pédagogique et au climat psychosocial de l’école".

Des remarques que Jean-François Copé a balayées d'un revers de main, dimanche : "Je peux comprendre qu'un jeune n'ait pas envie de se faire dépister. Mais enfin, cela veut dire qu'on le laisse dans sa souffrance, dans sa dépendance ? Le rôle d'une société, c'est de protéger ses enfants." 

(FRANCE 5)