Bruno Le Roux a employé ses filles comme collaboratrices parlementaires, révèle l'émission "Quotidien"

Ses deux filles ont cumulé chacune 14 et 10 CDD, effectués pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016.

Bruno Le Roux, le 28 février 2017 à Tirana (Albanie).
Bruno Le Roux, le 28 février 2017 à Tirana (Albanie). (OLSI SHEHU / ANADOLU AGENCY / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Est-il possible d'être collaborateur parlementaire… et lycéen ? Oui, selon Bruno Le Roux. L'émission "Quotidien" a révélé lundi 20 mars que l'actuel ministre de l'Intérieur avait embauché ses deux filles à l'Assemblée nationale à partir de leurs 15-16 ans, pendant les vacances scolaires, entre 2009 et 2016. Au total, les filles de l'ancien député auraient cumulé chacune 14 et 10 CDD. Après cette information, le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, a annoncé qu'il allait s'entretenir avec Bruno Le Roux mardi 21 mars.

"Bien entendu, j’ai mes filles qui ont travaillé avec moi sur des étés, notamment, ou des périodes de vacances scolaires, mais jamais en permanence", a répondu Bruno Le Roux à "Quotidien" en marge d’un déplacement dans le Gard, le 10 mars. Ses filles, aujourd'hui âgées de 23 et 20 ans, ont bénéficié de contrats à l'Assemblée nationale tout au long de leur cursus au lycée et pendant leurs études supérieures.

Un stage en Belgique au même moment

Le cabinet du ministre a précisé à "Quotidien" que "tous les contrats ont bien évidemment été établis en respectant les âges permettant de travailler, en lien avec les services de l’Assemblée nationale". De son côté, Bruno Le Roux a précisé qu'il s'agissait d'un "boulot d'été", notamment "pour faire du classement".

Mais deux contrats en particulier posent problème : l'un pendant lequel sa fille aînée était en stage à plein temps chez Yves Rocher à Tournai (Belgique), l'autre pendant lequel la benjamine était en classe préparatoire. "Ces missions ont pu être effectuées en horaires renforcés avant et après le stage, et en travail à distance durant le stage (…), et durant plusieurs jours supplémentaires à l'automne", a précisé le cabinet du ministre.

Selon les informations recueillies par "Quotidien", les contrats cumulés des deux filles correspondent à une somme totale d’environ 55 000 euros.