Philippe Torreton dénonce l'"attitude égotique désastreuse" des candidats Hamon et Mélenchon

Philippe Torreton s'indigne jeudi de l'absence d'alliance à gauche entre Benoît Hamon et Jean-Luc Melenchon à la présidentielle. Selon le comédien, "continuer à faire campagne dans ces conditions, c'est mentir".

Philippe Torreton, à Annecy, en octobre 2016.
Philippe Torreton, à Annecy, en octobre 2016. (NORBERT FALCO / MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Invité sur franceinfo, Philippe Torreton a réagi, jeudi 30 mars, à l'absence d'alliance à gauche entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon avant le premier tour de la présidentielle. Pourquoi dépenser, "toute cette énergie pour vous disputer la quatrième ou cinquième place au soir du premier tour ?", s’interroge-t-il. Le comédien s’offusque de "l’attitude égotique désastreuse de M. Mélenchon et de M. Hamon.  Pour lui, "continuer à faire campagne dans ces conditions, c'est mentir !" et "la gauche va perdre lamentablement et la droite va gagner."

franceinfo : Vous dites dans une lettre ouverte, publiée dans L’Obs et adressée à Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon : "Je vous suis de loin maintenant car sans union vous ne m’intéressez pas", or l’union s’éloigne davantage. Qu’allez-vous faire ?

Phillipe Torreton : Je n’ai pas envie d’aller voter, ou de soutenir un éventuel quatrième ou un probable cinquième candidat. Il y a tout un peuple de gauche qui se sent délaissé par l’attitude désastreuse de M. Mélenchon et de M. Hamon. Il y a une attitude égotique de part et d’autre et la gauche va perdre lamentablement et la droite va gagner. Ces deux personnes ne jouent pas l’élection présidentielle, ils jouent l’après, ils jouent les législatives. C’est pour cela, dans ma lettre, je dis que puisque l’union vous ne la faites pas, je vais la faire tout seul dans mon coin et j’invite tous ceux qui pensent comme moi à le faire. C’est-à-dire à rendre son vote nul. Je vais mettre dans mon enveloppe, un petit bulletin Mélenchon et un petit bulletin Hamon. Et je vais faire la même chose pour les législatives. Ces deux individus ont déjà acté le fait qu’ils ne seraient ni l’un ni l’autre président de la République.

Vous le savez que votre appel est vain, car ni Jean-Luc Mélenchon, ni Benoît Hamon ne vont se retirer ?

On tourne en rond, alors que ces deux personnes mettent en avant des urgences sociales, idéologiques, des urgences pour changer notre façon de consommer de travailler et tout cela pour ne pas être capable de s’unir pour gagner cette élection. C’est là où il y a un scandale. C’est là où il y a un mensonge de part et d’autre. Continuer à faire campagne dans ces conditions, c’est mentir. Quand Jean-Luc Mélenchon promet la victoire, il ment. Quand M. Hamon parle de la victoire, il ment. Ils mentent tous les deux au peuple de gauche.

Qui doit partir et au profit de qui ?

Je ne sais pas, et ce n’est pas mon problème. Ce n’est pas au peuple de gauche de savoir qui doit se retirer. Ce n’est pas nous qui avons choisi de faire de la politique, c’est eux qui ont décidé d’être candidats. Quand on est candidat, on doit tout envisager. C’est leur responsabilité d’homme. C’est incroyable de privilégier son petit parcours. Qu’est-ce que j’en ai à faire de la France Insoumise ? Qu’est-ce que j’en ai à faire du PS face aux urgences écologiques ? Alors ces gens qui essayent de dessiller les yeux des Français sur des urgences vont laisser la droite l’emporter, la droite sous une forme extrême, sous une forme traditionaliste, sous une forme moderne mais en tout cas ça va être la droite et ils préfèrent ça. Je trouve ça sidérant.