Barrage de Sivens : le chantier suspendu sans vote

C'est sous forte pression, après la mort ce week-end d'un jeune écologiste, que les conseillers généraux du Tarn se sont retrouvés ce vendredi matin. Le chantier est suspendu jusqu'à la réunion de mardi.

(Le président du conseil général du Tarn, le socialiste Thierry Carcenac © MAXPPP)
Radio France

Mis à jour le
publié le

Rien ne s'est passé exactement comme prévu ce vendredi matin au conseil général du Tarn. Ainsi si le chantier du barrage de Sivens est suspenu, c'est parce qu'il était impossible de le poursuivre a dit le président du conseil général. Mais cette suspension sans date butoir n'a  fait l'objet ni de débats, ni d'un vote.  Et le principe même du barrage n'est pas remis en cause. Prochaine étape mardi, la réunion au ministère de l'Ecologie des "parties prenantes" au projet afin de trouver une "solution" selon les mots de Ségolène Royal. Une séance que vous avez pu suivre avec nous.  10h55 : Gérard Onesta,  vice-président écologiste du conseil régional de Midi-Pyrénées, "aucune autre décision n'était possible. La suspension des travaux ruine la fiction du financement européen. Le budget est à terre..."

"Dès qu'on retouche un projet, il y a obligation d'abroger la déclaration d'utilité publique" (Gérard Onesta)
--'--
--'--

10h45 : le député socialiste Jacques Valax explique sur France Info pourquoi il n'y a pas eu de vote au cours de cette séance. Parce que "nous avons décidé de nous entendre sur un texte de synthèse qui résume la situation actuelle et notre volonté de faire vivre ce projet".

Ce projet "peut et doit se poursuivre" (Jacques Valax)
--'--
--'--

10h25 :   que le président du conseil général "ait pris acte que ce n'est pas possible de continuer, c'est  un premier geste. Une remise à plat est indispensable" a réagi José Bové sur France Info. 

Un "premier geste" avant "l'abandon pur et simple du projet, l'annulation de la déclaration d'intérêt publique" (José Bové sur France Info)
--'--
--'--

10h20 : suspension de séance. Le président du conseil général demande à l'Etat d'étudier les préconisations des experts.

Thierry Carcenac a "pris acte de l'impossibilité de poursuivre" le chantier - décryptage Sébastien Baer
--'--
--'--

9h59 :   le président du conseil général appelle à l'apaisement. 

(Les grandes lignes du discours de Thierry Carcenac © RF/ Antoine Giniaux)

9h50 : la séance s'ouvre avec une minute se silence en hommage à Rémi Fraisse.

"Pour l'instant l'ambiance est calme" (Frédéric Bourgade)
--'--
--'--

Du côté des élus, l'heure est à la prudence. Invitée de France Info, Maryline Lherm, conseillère général du Tarn, a minimisé le projet, pas un barrage, juste une "toute petite retenue d'eau ". Elle parlé au nom des habitants "abandonnés et terrorisés ". Et si elle est prête à des aménagements, elle repousse l'idée d'un abandon pur et simple.

"En arriver à arrêter ce projet, on ne fera plus rien dans ce pays" (Maryline Lherm)
--'--
--'--

A LIRE AUSSI ►►► Barrage de Sivens : "On sera là jusqu'à l'arrêt des travaux"

A LIRE AUSSI ►►► Jean-Christophe Lagarde s'attend à une "révolte" ou à une "révolution"