AVANT/APRES. Regardez comment la pub a déserté les rues de Grenoble

La municipalité écologiste de Grenoble a décidé de ne pas renouveler son contrat avec l'afficheur JCDecaux. Depuis janvier 2015, elle démonte progressivement les 326 panneaux installés dans l'espace public.

Mis à jour le , publié le

Jessica Chastain a quitté Grenoble (Isère). Lors de notre premier passage, en décembre 2014, l'actrice américaine proposait du parfum un peu partout dans la ville, sur de grands panneaux publicitaires (8 m²) ou sur de petites "sucettes" (2 m²). Mardi 23 juin, l'égérie d'Yves Saint Laurent n'est plus là. En quelques mois, la quasi-totalité des 326 panneaux installés dans l'espace public grenoblois ont été démontés. L'un des rares survivants affiche ce message : "2015, voyons plus loin"… et annonce la fin de la publicité.

En novembre 2014, le maire écologiste Eric Piolle a en effet décidé qu'il ne renouvellerait pas le contrat de la ville avec l'afficheur JCDecaux, afin de "libérer l'espace public grenoblois de la publicité".

Six mois plus tard, francetv info est revenu à Grenoble et a pris des photos sous le même angle. Déplacez, à l'aide de votre souris, la barre qui se situe au centre de l'image pour voir ce que cette décision a changé

before
after

Sur le cours Jean-Jaurès.

before
after

Au croisement de la rue de Stalingrad et de la rue des Alliés.

Un panneau est démonté, le 24 février 2015, rue du 19-Mars-1962 (PAYSAGES DE FRANCE)

Sur la place André-Malraux, une rangée de cinq arbres a remplacé le panneau. "C’est une démarche courageuse de la mairie. Remplacer la publicité par de la verdure, ce n’est pas désagréable", se réjouit Eric, qui travaille juste en face. Pour ce quadragénaire, "les petits pas d’aujourd’hui font les grandes avancées de demain : cette idée va peut-être essaimer dans d’autres agglomérations"

"Nous sommes satisfaits, il y a eu plus d'arbres plantés qu'annoncé au départ", se félicite aussi Pierre-Jean Delahousse, président de Paysages de France. Basée à Grenoble, son association, qui lutte depuis 1992 contre "la pollution visuelle", est à l'origine de cette idée. Mais le changement n'est pas perceptible pour tout le monde : "Le panneau ne nous manque pas, mais on ne s’est rendu compte de rien. Les arbres sont encore petits", constate Valentine, 60 ans, gérante d'une petite boutique sur la place.

before
after

Sur la place André-Malraux.

before
after

Sur le cours de la Libération-et-du-Général-de-Gaulle.

Au pied des panneaux disparus, la majorité des Grenoblois rencontrés oscille en réalité entre indifférence et scepticisme. Organisateur d'événements, Jean-Michel, 34 ans, voit "un bon côté", "plus de visibilité dans la rue". "Mais on ne peut plus afficher pour nos événements, et la verdure, on en a déjà à Grenoble", regrette-t-il. Son ami, Franck, un ouvrier du bâtiment de 40 ans, est "totalement contre". "La France est en train de perdre tout ce qu'elle avait. L'affichage, c'est du business, de la consommation. Si vous n'avez plus ça, la ville meurt", argumente-t-il.

before
after

Devant l'école Paul-Painlevé, rue Rhin-et-Danube.

"Protéger les enfants" était l'un des arguments de la mairie. Le panneau installé devant l'école Paul-Painlevé figurait parmi les exemples choisis pour sa campagne de communication. Mais il ne gênait pas ces deux mères de famille qui attendent devant les grilles de l'école. "C'est nul. Le maire fait n’importe quoi, estime Ka. La seule chose qui rapportait de l’argent à la ville, il l’a plombée." "Cela n'a pas changé grand-chose, à part qu'il n'y a plus de plan de ville, embraye sa voisine. Je ne suis ni pour, ni contre, mais il y a bien d'autres problèmes à régler."

before
after

Sur le boulevard Jean-Pain.

Ce ne sont pas les seules critiques. Les colonnes Morris, ces kiosques JCDecaux réservés à l'affichage culturel, sont regrettées par certains habitants. "Ils ont enlevé les petits kiosques, déplore Claude, 65 ans. Ils n'étaient pourtant pas vilains avec leurs affiches de cinéma." Une association locale, Patrimoine et développement, a même écrit au maire pour se plaindre de cette disparition.

Adjointe au maire chargée de l'espace public, Lucille Lheureux explique que, sur ce point, la mairie n'a pas eu le choix : "C'est un modèle déposé, qui permet à l'entreprise de remporter des marchés. Elle n'a aucun intérêt à faire un contrat avec une ville uniquement sur ces colonnes, rappelle-t-elle. On peut regretter la disparition du mobilier Morris, mais il n'appartenait pas à la ville et n'est pas lié à son histoire."

Pour le reste, elle assume : "Il y a beaucoup d’endroits où l'on a redécouvert des perspectives. Des gens nous disent qu’ils voient leur rue sous un autre angle", assure-t-elle. Quant au procès sur le sens des priorités de la nouvelle majorité, "ce n’est pas parce qu’on a décidé de ne pas reconduire le contrat avec JCDecaux que c’est la seule chose que nous avons faite de notre mandat", réplique Lucille Lheureux, avant de citer la modification du plan local d'urbanisme, les tarifs des cantines, l'ouverture d'équipements municipaux ou la réduction des indemnités des élus.


Devant l'église Saint-Louis, l'un des panneaux d'affichage culturel installés par la mairie à la place des panneaux JCDecaux.

En face, l'opposition n'en démord pas. "Le bilan n'est pas brillant : il y a moins de recettes pour la ville [le précédent contrat rapportait 650 000 euros par an], un élément patrimonial regretté et des panneaux de remplacement très moches [pour l'affichage associatif et culturel]", estime Matthieu Chamussy, conseiller municipal (Les Républicains). L'adjointe au maire, elle, souligne que cette somme, qui aurait été renégociée à la baisse selon elle, ne représente "même pas 1% du budget de la ville" (370 millions d'euros en 2015). Et précise que ces nouveaux panneaux sont provisoires, en attendant 2017 et la fin de la réflexion sur le nouveau mobilier urbain.

D'autres échéances attendent maintenant la mairie de Grenoble sur le front de la publicité. Les panneaux n'ont pas totalement disparu : ils trônent toujours sur les abribus et chez les particuliers. Sur certains axes, comme l'avenue Jean-Perrot qui file vers Eybens, la concentration de panneaux privés est telle que rien n'a changé, ou presque : le judoka Teddy Riner a remplacé le vieux monsieur au béret qui mangeait du fromage d'Abondance.

before
after

Sur l'avenue Jean-Perrot.

before
after

Sur le cours de la Libération-et-du-Général-de-Gaulle.

 
Pour l'affichage privé, la mairie a lancé en décembre la révision du règlement local de publicité, afin d'interdire les affiches de 8 m² et les panneaux lumineux. Le processus sera long : la compétence est désormais métropolitaine, et les écologistes vont devoir convaincre la majorité de gauche à laquelle ils appartiennent du bien-fondé de cette suppression. Si le nouveau règlement acte la fin des panneaux, les afficheurs auront de toute façon deux ans pour se mettre en conformité.
 
La disparition des abribus publicitaires est encore plus incertaine. Le contrat de JCDecaux avec le syndicat mixte des transports en commun grenoblois, présidé par l'écologiste Yann Mongaburu, court jusqu'en 2019. Mais "on est loin d'avoir pris une décision sur ce sujet", explique Lucille Lheureux, en évoquant des améliorations à négocier avec l'afficheur et un nouveau mobilier. Vigilante sur ces deux dossiers, l'association Paysages de France ne s'opposerait pas à un compromis : "Nous ne demandons pas zéro publicité, nous demandons que ce soit raisonnable", nuance Pierre-Jean Delahousse. Grenoble n'en a pas complètement fini avec la publicité.
 
before
after
Devant l'hôtel de ville.
before
after

A la sortie de Grenoble, sur la D1090.

PHOTOS : THOMAS BAÏETTO / FRANCETV INFO