Le troisième homme de la primaire socialiste se rebiffe. Arnaud Montebourg met à mal l'accord programmatique et électoral conclu fin novembre par le Parti socialiste (PS) et Europe Ecologie-Les Verts (EELV), révèlent nos confrères de France 3 Bourgogne.

Après avoir défié la direction du PS au sujet de la fédération des Bouches-du-Rhône et celle du Pas-de-Calais, le député de Saône-et-Loire joue de nouveau les trublions : il rejette le fait que des circonscriptions soient réservées aux membres d'EELV pour les législatives dans son département, comme l'accord national le prévoit. Ainsi, le PS présentera des candidats dans toutes les circonscriptions de Saône-et-Loire, explique France 3 Bourgogne.

Arnaud Montebourg refuse d'appliquer "la décision prise à Paris sans considération du terrain, ni des forces existantes sur le terrain". Evoquant "un acte de résistance par rapport à des accords politiques concoctés sur un coin de table à Paris", le président du conseil général de Saône-et-Loire prévient que "toutes les forces de la fédération sont rassemblées et unifiées autour de cette perspective de résistance". Et d'ajouter : "Ça ne me gênerait pas d'être exclu du PS. Je crois que j'ai suffisamment donné à ce parti, je l'ai fait suffisamment progresser."

(Damien Boutillet, Romy Ho-a-chuk, France 3 Bourgogne )