Nadine Morano à l'Elysée, à Paris, le 9 mai 2012.
Nadine Morano à l'Elysée, à Paris, le 9 mai 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Un nouveau nom apparaît en marge de l'affaire Karachi. Celui de Nadine Morano. L'ancienne ministre UMP a été mise en examen pour diffamation lundi 4 juin. Elle est poursuivie par Olivier Morice, l'avocat des familles de victimes de l'attentat qui a fait quinze morts en 2002.

Sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+, en septembre dernier, l’avocat avait fait part de son souhait de voir Nicolas Sarkozy entendu sur le volet financier de cette affaire, qui concerne le financement de la campagne d’Edouard Balladur en 1995. Nadine Morano l'avait alors accusé de "se faire de la pub sur le dos" de l'ex-président de la République. 

La mise en examen de la personne poursuivie est automatique en matière de diffamation. Dans sa plainte, Olivier Morice estime qu'"il s'agit d'une accusation extrêmement grave à l'égard d'un avocat" et que Nadine Morano a porté "une atteinte majeure à l'honneur professionnel".