Nicolas Sarkozy, une mise en examen qui tombe mal

L'ancien chef de l'État a été inculpé pour le financement illégal de sa campagne de 2012. S'il n'est pas mis en cause dans l'affaire des fausses factures de Bygmalion, il est accusé d'avoir sciemment dépassé le plafond de dépense autorisé.

Voir la vidéo
France 3

Mis à jour le , publié le

Nicolas Sarkozy a été mis en examen le 16 février dans l'affaire du financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012. Il est soupçonné d'avoir dissimulé un dépassement de près de 18,5 millions d'euros du plafond fixé par l'État. En revanche, il ne sera que témoin assisté dans l'enquête sur les fausses factures de Bygmalion. Un soulagement pour son avocat mais ce nouvel ennui judiciaire est un coup dur pour l'avenir politique du chef des Républicains.

Défendu par son parti

Cette annonce pourrait en effet hypothéquer sa candidature à la primaire de la droite et du centre en novembre prochain. Mais son clan politique le défend : son principal concurrent Alain Juppé, a demandé "la présomption d'innocence" pour Nicolas Sarkozy, quand Eric Ciotti et Henri Guaino condamne un "acharnement". L'ancien président est la 14eme personne mise en examen dans cette affaire. Son avocat annonce avoir déposé un recours.

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Sarkozy, le 16 février 2016, à sa sortie du pôle financier, où il a été mis en examen pour financement illégal de campagne électorale.
Nicolas Sarkozy, le 16 février 2016, à sa sortie du pôle financier, où il a été mis en examen pour financement illégal de campagne électorale. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)