Comptes de campagne : ce que Nicolas Sarkozy a dit devant les juges

"L'Express" a révélé le contenu de l'audition de l'ancien chef de l'Etat avant sa mise en examen. 

Nicolas Sarkozy, le 16 février 2016, à sa sortie du pôle financier, où il a été mis en examen pour financement illégal de campagne électorale.
Nicolas Sarkozy, le 16 février 2016, à sa sortie du pôle financier, où il a été mis en examen pour financement illégal de campagne électorale. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Mis à jour le , publié le

Il est ressorti de leur bureau avec une mise en examen. Pendant plus de 11 heures, mardi 16 février, Nicolas Sarkozy a été entendu par les juges d'instruction Serge Tournaire et Roger Le Loire dans le cadre de l'enquête sur le financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Devant eux, l'ancien président de la République a nié avoir été au courant des irrégularités qui ont entaché le financement de sa campagne présidentielle. L'Express a révélé, vendredi 19 février, le contenu de l'audition de l'ancien chef de l'Etat avant sa mise en examen. Voici ce qu'il faut en retenir. 

"Je n'en savais rien. Je n'en sais rien"

Soupçonné d'avoir dépassé de plus de 22 millions d'euros le plafond des dépenses autorisées a martelé qu'il n'était pas été au courant du système frauduleux mis en place. "Je n'en savais rien. Je n'en sais rien. J'ai signé le compte de campagne ce qui implique ma responsabilité administrative, mais pas ma responsabilité pénale", a expliqué Nicolas Sarkozy.

"La signature d'un compte de campagne c'est une obligation à laquelle je ne pouvais en aucun cas me soustraire, mais ne signifie en aucun cas que signer le compte de campagne, c'est valider des fausses conventions à l'UMP ou des fausses factures entre l'UMP et Event [la filiale événementielle de Bygmalion], ou l'absence de factures dans mon compte de campagne."

"La vérité c'est que je n'ai rien lu"

Toujours interrogé sur ce qu'il savait des comptes de campagne et sur le fait qu'il les a signé, Nicolas Sarkozy reconnaît une négligence. "La signature que j'ai apposée sur mon compte de campagne est obligatoire. J'ai fait confiance au trésorier, aux experts comptables, à l'avocat. Ils m'amènent le compte en me disant que tout va bien et je signe (...) Mais la vérité c'est que je n'ai rien lu." 

"Quand je vais à Caen en 2007 ou en 2012, c'est le même Zénith"

Durant l'audition, l'ancien chef de l'Etat a plaidé la bonne foi, en expliquant aux juges qu'il avait réalisé la même campagne qu'en 2007, une campagne dont les comptes ont été validés par le Conseil constitutionnel. "Quand je vais à Caen en 2007 ou en 2012, c'est le même Zénith. A Toulouse, c'est le même hangar. La seule différence de lieu: en 2007, je fais le grand meeting national dans le hangar de la porte de Versailles, en 2012, je fais le grand meeting dans le hangar de Villepinte. Pour aller à ces meetings, je prends les mêmes avions. C'est le même trajet. Cela ne change pas, la sono, la lumière ce sont les mêmes. Il n'y a aucun élément matériel qui puissent différencier les lieux et le contenu, les réunions et les déplacements de 2007 et ceux de 2012." 

"Le chiffre d'affaires d'Event passe de 4 millions en 2011 à 20 millions en 2012"

Pour Nicolas Sarkozy, pas de doute, c'est la filiale événementielle de Bygmalion qui a profité des dépassements de sa campagne. "Aucun indicateur ne pouvait me permettre de déceler une fraude de 22 millions d'euros. 22 millions d'euros dont la presse ne se serait pas aperçue? Qu'est-ce que ma campagne peut faire de ces 22 millions d'euros? En revanche, j'ai vu ce qu'ils en ont fait. Le chiffre d'affaires d'Event passe de 4 millions en 2011 à 20 millions en 2012. La distribution de bénéfices en 2013, ils ne se sont pas gênés." 

Mais L'Express précise qu'aucun élément pour le moment ne prouve un enrichissement personnel des dirigeants de Bygmalion. 

"Attal et Lavrilleux font un système de fausses factures"

Pour enfoncer le clou, l'ancien chef de l'Etat a nommément désigné les responsables. Selon lui, les juges devraient davantage s'intéresser à Franck Attal, le dirigeant d'Event et Jérôme Lavrilleux, son ancien directeur adjoint de campagne. "Attal et Lavrilleux font un système de fausses factures aux seuls bénéfices de la société Event", martèle l'ex-chef de L'Etat. Qui ajoute: "Ces fausses factures et ces fausses conventions ne passent pas entre ma campagne et Event mais entre Event et l'UMP."