Le président du Sénat, Jean-Pierre Bel (PS), a proposé, jeudi 9 janvier, de revenir au vote à main levée en cas de demande de levée d'immunité parlementaire. La veille, un vote secret du bureau du Sénat avait permis au sénateur UMP Serge Dassault de conserver son immunité, et d'échapper ainsi à une garde à vue et une perquisition dans le cadre d'une enquête sur des achats présumés de votes à Corbeil-Essonnes (Essonne).

Vingt-six sénateurs ont participé à ce vote confidentiel. Quatorze de gauche, douze de droite. Or il y a eu treize voix contre la levée de l'immunité parlementaire, douze pour et une abstention. Il a donc manqué deux voix de gauche. Une attitude qui indigne dans les rangs socialistes. "Je suis vraiment révolté, les socialistes sont révoltés", déclare le socialiste David Assouline. Les écologistes assurent qu'ils ont voté pour la levée. A droite, on minimise les conséquences judiciaires de ce vote.

Le sénateur de l'Essonne, Serge Dassault, à Paris, le 17 octobre 2013.
Le sénateur de l'Essonne, Serge Dassault, à Paris, le 17 octobre 2013. (FRANCOIS GUILLOT / AFP)