VIDEO. Procès Cahuzac : devant le palais de justice de Paris, les "faucheurs de chaises" dénoncent l'évasion fiscale

Les manifestants ont tenté d'avancer vers le palais de justice depuis la place du Châtelet pour y déposer les 196 chaises "réquisitionnées" dans des agences de différentes banques.

Voir la vidéo
REUTERS et APTN
France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ils ont voulu déposer leurs chaises devant le palais de justice de Paris, lundi 8 février, le jour de l'ouverture du procès de l'ex-ministre du Budget Jérôme Cahuzac. Ces quelque 150 personnes ont, durant plusieurs mois, "réquisitionné" des chaises dans des banques pour dénoncer symboliquement l'évasion fiscale. 

196 chaises "réquisitionnées" dans 39 agences bancaires

Pour ceux qui se désignent comme les "faucheurs de chaises", il ne faut pas "uniquement faire le procès de Jérôme Cahuzac, mais celui de l'évasion fiscale en général". Le rassemblement a été appelé à l'initiative des associations Attac, Les Amis de la Terre et ANV-COP21. Les manifestants ont tenté d'avancer vers le Palais de justice depuis la place du Châtelet pour y déposer les 196 chaises. Ces dernières ont été "réquisitionnées", selon eux, en 2015 dans 39 agences de différentes banques, notamment BNP Paribas et HSBC. Ces banques sont accusées par ces militants de pratiquer l'évasion fiscale, qui représente "un manque à gagner de 60 à 80 milliards d'euros par an pour l'État français", selon les organisateurs.

Les "faucheurs de chaises", ont été encerclés par des cordons de CRS. Les forces de l'ordre les ont empêchés d'atteindre le palais de justice de Paris. Ils ont finalement abandonné les chaises sur le pont qui enjambe la Seine.

Le 8 février 2016, près du palais de justice de Paris, lors d'une manifestation contre le système bancaire et la fraude fiscale, au premier jour du procès de Jérôme Cahuzac. 
Le 8 février 2016, près du palais de justice de Paris, lors d'une manifestation contre le système bancaire et la fraude fiscale, au premier jour du procès de Jérôme Cahuzac.  (MIGUEL MEDINA / AFP)