"Ma part d'ombre, je vous invite à la voir, c'est mon combi Volkswagen, on pourra faire un tour ensemble." Jean-Marc Ayrault a confessé, mercredi 17 avril, avoir lui aussi une "part d'ombre", en écho aux termes employés mardi par Jérôme Cahuzac, lors de son mea culpa télévisé. Il s'agit de son "combi Volkswagen" qu'il a inscrit sur sa déclaration de patrimoine, a-t-il indiqué au journaliste Patrick Cohen, sur France Inter. Acheté en 1988 et aujourd'hui estimé 1 000 euros, ce combi a pour Jean-Marc Ayrault "une valeur symbolique et surtout sentimentale". "Je le garde car quand je pourrai, je l'utiliserai."

Lors de ce même entretien, le Premier ministre a jugé que l'interview de Jérôme Cahuzac avait "un côté pathétique", car c'est "quelqu'un qui a menti". Il a affirmé n'avoir d'ailleurs pas "regardé jusqu'au bout" l'intervention de l'ancien ministre. "Je trouve presque indécent qu'on ait organisé un feuilleton, il y a comme une opération de com', on n'est pas en Amérique, on est en France !", a-t-il conclu.

Jean-Marc Ayrault, le 5 août 2012, sur le marché de Sarzeau (Morbihan).
Jean-Marc Ayrault, le 5 août 2012, sur le marché de Sarzeau (Morbihan). (FRANK PERRY / AFP)