"Pourquoi sommes-nous dans cette situation ?", s'est interrogé Luc Chatel, jeudi 11 avril sur France 2. "Tout simplement parce que François Hollande a nommé comme ministre des impôts quelqu'un qui ne payait pas ses impôts", a-t-il aussitôt répondu. Entendez : Jérôme Cahuzac. Le vice-président délégué de l'UMP a critiqué la "fébrilité" de François Hollande, empêtré dans l'affaire Cahuzac, et les "vraies-fausses mesures"annoncées par le chef de l'Etat, la veille, pour tenter de moraliser la vie politique.

Invité des "4 Vérités", l'élu de Haute-Marne a dénoncé le "déballage exhibitionniste" des déclarations de patrimoine. Et y a vu "les vieilles méthodes trotskistes" du gouvernement et du PS. "Tout cela", a expliqué le député-maire de Chaumont, pour "noyer le poisson", faire oublier le cas de Jérôme Cahuzac, "pris la main dans le pot de confiture", et tenter de "contaminer tout le monde". "Je n'accepte pas que, parce qu'un ministre socialiste a fraudé, on jette en pâture toute la classe politique", a condamné l'ancien ministre.

Luc Chatel, vice-président délégué de l'UMP et député-maire de Chaumont (Haute-Marne), le 9 avril 2013, à l'Assemblée nationale à Paris.
Luc Chatel, vice-président délégué de l'UMP et député-maire de Chaumont (Haute-Marne), le 9 avril 2013, à l'Assemblée nationale à Paris. (MAXPPP)